Marine Le Pen : "Je me sens une antiquité”

·1 min de lecture

Le 16 janvier 2011, Marine Le Pen crie victoire. Élue à 67,65% des voix par les adhérents du Front national, devenu Rassemblement national en 2018, la fille de Jean-Marie Le Pen lui succède. Son couronnement, reflet d’une grande ambition, la fait basculer définitivement dans le grand bain politique. Dix ans plus tard, la mère de Jehanne, Mathilde et Louis, les fruits de son amour passé avec Franck Chauffroy, y baigne encore. Ce samedi 16 janvier a marqué sa dixième année passée à la tête du parti. Dans un entretien accordé au Figaro, paru en kiosque le lendemain, celle qui a déjà annoncé sa candidature pour l’élection présidentielle 2022 a accepté de revenir sur cette décennie. “Je me sens une antiquité”, a-t-elle plaisanté, avant de se féliciter : “Je ne sais pas qui est à la tête d’un parti depuis aussi longtemps.”

À ses yeux, le Rassemblement national est comme son “bébé”. “Je ne l’ai pas mis au monde, mais j’ai accompagné ses premiers pas avant de partager et guider la vie de l’adulte qu’il est devenu”, a-t-elle affirmé. Durant cette décennie, pourtant, son parti a rencontré bien des embuches. Soucieuse de “dédiaboliser” le RN, comme le rapportait le Journal du dimanche en mai 2015, Marine Le Pen a évincé son père, malgré ses trente-neuf ans de règne. Deux ans plus tard, en mai 2017, le parti a une nouvelle fois été secoué. La nièce de la patronne du RN, Marion Maréchal, a annoncé abandonner ses mandats politiques. Quelques mois plus tard, c’est Florian Philippot qui claquait (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTOS - Michelle Obama : sa fille Sasha ? Une vraie bombe
Lilian Thuram : "Le racisme c'est culturel, c'est comme le sexisme et l'homophobie"
VIDÉO - Pascal Obispo crispé et gêné sur le plateau d’"On est presque en direct"…
Dany Brillant "massacré" dans une émission télé : "Ça m'a fait souffrir"
"C'est peut-être fini" : la chanteuse Marianne Faithfull face à une terrible nouvelle