Marine Le Pen réélue à la tête du RN, Jordan Bardella assurera l'intérim pendant la présidentielle

·3 min de lecture

Marine Le Pen a été réélue sans surprise, dimanche, à la présidence du Rassemblement national. Jordan Bardella a quant à lui été élu "premier vice-président", ce qui lui permettra d'assurer l'intérim à la tête du parti pendant la campagne présidentielle à venir.

Marine Le Pen, seule candidate à sa succession, a été réélue sans surprise, dimanche 4 juillet, à la tête du Rassemblement national pour un quatrième mandat, lors du 17e congrès du RN à Perpignan, dans le sud de la France. Elle devrait temporairement quitter son poste à l'automne pour se consacrer à la présidentielle. Elle sera alors remplacé par Jordan Bardella, qui a été élu "premier vice-président du parti".

Le passage de témoin aura lieu à la rentrée politique du RN, prévue en septembre. Les militants du parti ont voté samedi un changement de statuts qui permet cette présidence par intérim "pendant 12 mois". Dans ce cas, le président du parti est remplacé par le vice-président et, s'il y en a plusieurs, par le "premier d'entre eux".

Le numéro deux du RN, Jordan Bardella, a été le mieux élu au Conseil national ("Parlement" du parti), devant le maire de Perpignan, Louis Aliot, et celui d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois, sorte de baromètre d'influence au sein du parti. Ces deux derniers ont été nommés vice-président.

Ajustements post-régionales

L’indétrônable cheffe du parti d’extrême droite français bat dimanche le rappel de ses militants réunis en congrès à Perpignan pour la présidentielle, après une défaite aux régionales qui a généré des questionnements au sein du RN.

"Rien n'est perdu, il y a encore un chemin" vers la victoire, a assuré dès samedi le numéro deux du parti Jordan Bardella, très applaudi. Mais "nous n'avons pas le droit de douter", a-t-il ajouté, alors que l'échec aux régionales a suscité des critiques en interne. Il a fustigé à cet égard les "planqués", les "déserteurs" du parti qui "tirent dans le dos des combattants de première ligne".

La présidente du Rassemblement national devrait reprendre les thèmes fondamentaux et mobilisateurs de son parti, comme l'immigration. Mercredi, elle avait déjà appelé à "la mobilisation" face à "la submersion [migratoire] programmée de l'Europe".

Deux jours plus tard, elle a publié avec 15 alliés en Europe une déclaration commune visant à une "grande alliance au Parlement européen", marque d'un "travail de rassemblement" selon le RN.

Mais elle réaffirmera aussi sa ligne "d'ouverture" à des personnalités extérieures au parti, défendue samedi par le candidat en Paca et ex-LR Thierry Mariani, invité au congrès comme les autres candidats non RN.

"On ne va pas revenir au Front national" et "nous avons encore besoin d'aller chercher du monde" pour "ouvrir et pas rétrécir", insiste le porte-parole Sébastien Chenu.

Plusieurs femmes au bureau exécutif du RN

Le Conseil national du RN compte en tout 120 membres, dont 100 élus et 20 désignés par le président.

Marine Le Pen a souligné avoir "féminisé" les instances du parti, dans lesquelles entrent également des "personnalités d'ouverture".

La nouvelle direction compte un bureau national (BN, direction élargie), porté de 40 à 45 membres, dont deux invités permanents : le président du parti localiste Hervé Juvin et l'ancien ministre sarkozyste Thierry Mariani.

Le BN comprend le bureau exécutif (BE, direction) porté de 10 à 15 membres, que rejoint l'ancien député LR Jean-Paul Garaud, qui a pris samedi sa carte au RN.

Marine Le Pen a aussi fait entrer au BE trois autres femmes : Edwige Diaz, tête de liste aux régionales en Nouvelle-Aquitaine, Hélène Laporte, eurodéputée, et Alexandra Masson, tête de liste aux régionales dans les Alpes-Maritimes.

Kévin Pfeffer devient trésorier, en remplacement de Wallerand de Saint-Just.

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles