"Marine Le Pen manipule la colère" des Français : regardez l'interview d'Emmanuel Macron sur France 2

franceinfo

"Nous sommes à un moment de clarification historique de la vie politique française et de l'avenir de notre pays", assure Emmanuel Macron, à une semaine du second tour de l'élection présidentielle. Le candidat d'En marche ! a reçu Laurent Delahousse à son QG de campagne, dans le cadre d'une interview diffusée dans le journal de 20 heures de France 2, dimanche 30 avril.

>> Présidentielle : dix choses que vous ignorez peut-être sur Emmanuel Macron

Emmanuel Macron réplique notamment à la stratégie de sa rivale, qui tente de se distinguer de lui en se présentant comme "la candidate du peuple". "Marine Le Pen est une héritière du système politique français, rétorque l'ancien ministre. Elle a hérité son parti de son père. Moi, il y a trois ans, je n'étais pas dans la vie politique. Moi je ne me suis pas nourri de l'inefficacité du système. Moi j'ai créé mon parti pour le changer vite et fort."

Il y a une vraie différence entre Madame Le Pen et moi. C’est que moi je ne suis pas né dans un château et dans un parti politique constitué. (…) Si je suis le fruit d’un système, je suis le fruit du système républicain.

Emmanuel Macron

sur France 2

"Marine Le Pen est comme toujours dans la caricature, et se nourrit de la colère et du ressentiment, poursuit Emmanuel Macron. Cette colère a trouvé un débouché dans le vote FN, mais en aucun cas, le FN ne propose de solution à cette colère." Le candidat d'En marche ! l'accuse même de "manipuler" la colère des électeurs.

>> VIDEO. "Je me sens du peuple" : regardez l'interview de Marine Le Pen sur France 2

Retrouvez cet article sur Francetv info

Présidentielle : Louis Aliot assure qu'il n'y a pas eu d'accord financier entre le FN et Nicolas Dupont-Aignan
VIDEO. Le coup de gueule d'un étudiant contre Florian Philippot : "Vous mentez aux gens"
Présidentielle : peut-on voter pour Emmanuel Macron quand on est un électeur de Jean-Luc Mélenchon ?
1er-Mai en ordre dispersé : "Il ne faut pas penser que le rejet du FN par les syndicats serait moins fort qu’en 2002"
Instaurer un service militaire obligatoire d'un mois : cinq questions sur la promesse d'Emmanuel Macron

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages