Marine Le Pen justifie son augmentation : "J'avais besoin de 2 000 euros de plus par mois"

franceinfo

Une augmentation de 66%. Marine Le Pen a vu sa rémunération de présidente du Front national passer de 3 000 euros net mensuels à 5 000 euros en juillet, selon sa déclaration de députée du Pas-de-Calais publiée jeudi 19 octobre par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

Dans ce document, Marine Le Pen déclare 12 000 euros de revenus nets annuels en 2014 en tant que présidente du Front national, puis 36 000 euros en 2015 et 2016, soit 3 000 euros mensuels. Pour 2017, elle déclare 23 000 euros de revenus net jusqu'au mois de juillet, et ajoute en commentaire : "La rémunération mensuelle passe de 3 000 euros à 5 000 euros à compter du mois de juillet 2017."

"La vie augmente", explique Wallerand de Saint Just

"Je n'ai pas de salaire, je ne touche pas de salaire comme présidente du FN, c'est un remboursement forfaitaire de frais", a précisé, jeudi soir, Marine Le Pen, sur France 2, dans "L'Emission politique". "Oui, j'ai des frais de représentation, comme ça existe à peu près partout, a-t-elle. Oui, oui, j'avais besoin de 2 000 de plus par mois, oui, oui."

Jeudi après-midi, le trésorier du FN, Wallerand de Saint Just, avait expliqué dans

Paris Match que "ça a augmenté, parce que la vie augmente". "C'est d'une banalité à pleurer", avait-il ajouté. La fonction de présidente du FN qu'occupe Marine Le Pen depuis 2011 est rémunérée depuis seulement 2014, puisque l'intéressée indique avoir perçu 0 euro net pour les années 2011, 2012 et 2013.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Les cinq séquences à retenir de "L'Emission politique" avec Marine Le Pen
Plan social chez GE Hydro/Alstom à Grenoble : Hamon accuse l'Etat de ne "plus mettre un sou en matière d'investissements"
"Un programme commun de la droite" pour contrer "Macron et Mélenchon", annonce Nicolas Dupont-Aignan
Karl Laske:" certaines preuves sont apportées que les flux financiers libyens ont profité à l'entourage de Nicolas Sarkozy"
Tout est politique. Harcèlement de rue : "Ce n'est pas une loi facile à écrire", estime Jean-Louis Debré

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages