Marine Le Pen incapable de rembourser un prêt consenti par son père : L’État s’en mêle

Après une guerre de plusieurs années, on les croyait réconciliés, mais voilà un dossier qui les oppose à nouveau. Jean-Marie Le Pen a dû en appeler au ministère de l’Intérieur pour parvenir à se faire rembourser un prêt accordé à sa fille Marine, annonce Ouest France dans un article de ce mardi 21 janvier. "La demande de l’ancien président du Front national, devenu Rassemblement national, a été validée par le ministère fin novembre", précise le journal.

Le dossier remonte à la présidentielle de 2017, à l’époque où Marine Le Pen est candidate pour le Rassemblement national. Le micro-parti de son père, Cotelec, avait alors prêté six millions d’euros à sa fille. Depuis cette date, l’ancienne compagne de Louis Aliot devait encore 4,2 millions d’euros.

Début 2019, Marine Le Pen avait signé une cession de créances pour que soient soustraits, de l’aide publique à son parti (d’environ 5,5 millions d’euros), ces 4,2 millions d’euros restants. Une signature que le père avait dû obtenir de haute lutte. "Le cofondateur du FN avait ensuite introduit la cession de créances auprès du ministère de l’Intérieur, qui octroie les aides publiques aux partis", précise Ouest France. Au final, l’aide publique au Rassemblement national doit être octroyée à Jean-Marie Le Pen en février ou mars.

Ce remboursement constitue une mauvaise nouvelle pour le parti de Marine Le Pen, déjà très endetté et menacé par d’autres créances. D'autant plus que la présidente du parti a annoncé qu'elle était en phase de préparation

Retrouvez cet article sur GALA

VIDÉO - Jean-Luc Reichmann "en fait des tonnes" : un chroniqueur de TPMP ne le rate pas
Laeticia Hallyday "indécente" et "inhumaine" : un ami de Laura Smet atomise la veuve de Johnny
Hélène et les garçons : Hélène Rollès lève le voile sur cette vilaine habitude de Patrick Puydebat qui l'agaçait beaucoup
Brigitte Macron aux Enfoirés : cette visite surprise dans un contexte tendu
Cédric Villani remis à sa place : "Les filles ne se mettent pas nues devant lui !"