Marine Le Pen au Portugal pour soutenir son allié candidat à la présidentielle

·3 min de lecture

Marine Le Pen est au Portugal ce vendredi après-midi. À deux semaines de l’élection présidentielle, la présidente du Rassemblement national (RN) vient soutenir le candidat populiste de droite André Ventura. À la tête du parti anti-système Chega, ce trentenaire espère confirmer sa percée des législatives. Un nouvel allié pour Marine Le Pen dans un pays où la droite radicale n'avait plus sa place depuis la chute de la dictature.

Mais que va donc faire Marine Le Pen en pleine crise sanitaire au Portugal ? Pendant trois jours, la présidente du RN va afficher son soutien à André Ventura, chef du parti anti-système Chega (« Ça suffit ! » en portugais). À 37 ans, ce populiste de droite, ancien commentateur sportif n'a aucune chance de remporter la présidentielle du 24 janvier, mais il pourrait confirmer sa percée aux législatives 2020.

« C'est un parti compatible et prometteur. Nous qui avons longtemps été seuls, on veut aider », plaide l'eurodéputé Philippe Olivier. Et d'Europe, il en sera question ce week-end, le Portugal ayant pris la présidence de l'union le 1er janvier. « Un nouvel allié c'est toujours bon à prendre », explique le fin connaisseur des droites radicales Jean-Yves Camus.

Si le RN et Chega sont deux partis nationalistes, qui plaident notamment pour un meilleur contrôle des frontières, ils n'ont pas que des points communs, sur l'avortement ou l'éducation par exemple.

« Ce qui nous intéresse c'est le rapport à l'Europe », insiste le porte-parole du RN Sébastien Chenu. Alors en s'affichant aux côtés d'un homme venu du centre-droit, Marine Le Pen envoie un message politique à un an et demi de la présidentielle et continue de se bâtir une stature internationale.

► À lire aussi : Portugal : élection présidentielle sur fond de crise économique

André Ventura, un jeune loup de la politique

Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

André Ventura aime cultiver son apparence de jeune loup de la politique. L’homme est un habile communicant. Son passé de commentateur de football sur une chaîne de télévision populaire l’a propulsé sur le devant de la scène. Et Ventura y a acquis une aisance exceptionnelle.

Docteur en droit public de l’université de Cork en Irlande, il est professeur universitaire à Lisbonne. À partir de 2015, il se lance dans la politique, d’abord au sein du PSD, le parti social-démocrate, la droite parlementaire, puis comme le leader du parti Chega qu’il a fondé et dont il devient l’unique représentant au Parlement portugais en 2019.

Vu initialement comme un opportuniste s’engouffrant dans un vide politique relatif à la droite de la droite, Ventura a durci le ton au cours des derniers mois. Ses propos virulents contre la communauté tzigane, ses manifestations aux côtés d’extrémistes, où le signe ok des suprématistes blancs et le salut nazi ne manquent pas, ne laisse guère de doute sur ses accointances politiques. Un temps proche de Salvini, le leader italien aujourd’hui en retrait, il se tourne maintenant vers Marine Le Pen qui lui apporte tout son soutien.