Marine Le Pen incite Eric Zemmour à se rallier à elle, notamment après l'épisode du doigt d'honneur

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine Le Pen, invité du Grand Jury chez nos confrères de RTL-Le Figaro-LCI dimanche 28 novembre 2021 - Nicolas Kovarik - Agence 1827 - RTL
Marine Le Pen, invité du Grand Jury chez nos confrères de RTL-Le Figaro-LCI dimanche 28 novembre 2021 - Nicolas Kovarik - Agence 1827 - RTL

La cote de Marine Le Pen monte, celle d'Eric Zemmour baisse. Et l'épisode marseillais traversé par ce dernier tombe à point nommé pour la candidate du Rassemblement national: pris en flagrant délit d'échanges de doigts d'honneur avec une Marseillaise, l'essayiste et probable prétendant à la présidentielle sort affaibli de sa visite du week-end.

Après ce dérapage, qui remet en cause sa stature présidentielle selon ses adversaires politiques, doit-il renoncer à ses ambitions? Interrogée à ce sujet par un journaliste du plateau du Grand Jury RTL - Le Figaro-LCI dont elle était l'invitée ce dimanche, celle qui brigue l'Élysée pour la troisième fois, a répondu: "Oui, surtout je l'appelle au rassemblement. L'exercice de candidat à la présidentielle est un exercice dans lequel il n'est pas à l'aise. Il n'apporte de plus-value à nos idées".

"J'ai entendu son équipe de campagne dire qu'il s'agissait d'un geste 'instinctif'. Quand on a vocation à devenir président de la République, précisément il faut être capable de sang-froid, de garder son calme, de maîtriser, précisément, son instinct", a encore commenté Marine Le Pen. 876450610001_6284171778001

Bras ouverts et tacles glissés

"Eric Zemmour avait commencé cette campagne sur une promesse qui était celle de rassembler plus largement que moi. Cette promesse aujourd'hui n'est pas tenue", a-t-elle également observé avant de lui ouvrir les bras.

En effet, alors qu'on lui demandait si elle offrait au polémiste de la rallier, Marine Le Pen a répondu en envisageant le bénéfice d'un renoncement d'Eric Zemmour: "Il est maintenant clair que s'il n'est pas candidat, je serais devant Emmanuel Macron au premier tour et compte-tenu du fait qu'au second, je suis donnée actuellement à 46%, je pense que la famille nationale a la possibilité de gagner cette élection présidentielle et c'est essentiel pour l'avenir de notre pays".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles