Marine Le Pen accuse Macron de porter un «projet fratricide»

Libération.fr
Marine Le Pen, samedi à Ajaccio.

A douze jours du second tour, la candidate du Front national a dénoncé son adversaire comme le champion du «communautarisme» et d'un «monde exclusivement marchand».

C’était pour Marine Le Pen une échéance importante dans un entre-deux-tours où les sondages la donnent, pour l’instant, largement battue par Emmanuel Macron. La candidate du Front national a participé mardi soir à l’émission «Elysée 2017», sur TF1 : un entretien d’une heure, occasion pour elle de se poser en candidate de la «protection des Français». Contre un adversaire présenté comme celui de la «mondialisation sauvage», partisan supposé du«communautarisme» et même porteur d’un «projet fratricide». Manière de retourner une accusation souvent faite à Marine Le Pen elle-même. 

La frontiste, qui a annoncé lundi se mettre provisoirement en retrait de la présidence du FN, n’a pas manqué une occasion de se présente comme seule représentante du «peuple». Ne manifestant «aucun regret» sur sa campagne de premier tour, jugée peu réussie par beaucoup, elle a concédé qu’elle aurait «dû faire plus de réunions dans les tout petits villages». Moyen, là encore, de distinguer d’un concurrent «qui ne voit que les centre-villes et qui est le candidat de l’oligarchie» - un mot revenu à de multiples reprises dans sa bouche. 

Rassurer sur sa vision de l'euro

Marine Le Pen s’est également efforcée de rassurer le public sur sa vision de l’Europe. Celle qui souhaite une sortie de l’Union européenne et de la monnaie unique, soumise à référendum, s’est défendue d’être «une adversaire de l’Europe»: «Je me sens européenne, je voudrais qu’il y ait des accords librement consentis entre les nations». Elle n’en a pas moins martelé que «l’euro a été un boulet : chacun l’admet, sauf l’oligarchie». Aux journalistes qui soulignaient le faible taux d’inflation depuis la mise en place de la monnaie unique, Marine Le Pen a simplement rétorqué : «Les chiffres mentent».

Même méfiance vis-à-vis des chiffres officiels de l’immigration : la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Juppé critique les «finasseries» de LR sur le second tour
Macron répond aux critiques et affirme que «rien n’est gagné»
Valls: «Personne ne peut nous exclure du PS» à cause du soutien à Macron
Expo universelle 2025
Grand rabbin de France: un choix «simple», Macron, pour défendre la fraternité

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages