Présidentielle 2022: Marine Le Pen peut-elle tenir son "en même temps"?

Romain Herreros
·Journaliste politique
·1 min de lecture
Marine Le Pen photographiée à l'Assemblée nationale au mois de mars (illustration) (Photo: ALAIN JOCARD via AFP)
Marine Le Pen photographiée à l'Assemblée nationale au mois de mars (illustration) (Photo: ALAIN JOCARD via AFP)

POLITIQUE - Et de deux. Après un premier exercice virtuel l’an passé, Marine Le Pen a été de nouveau contrainte ce samedi 1er mai de s’adresser à ses militants par visioconférence. Une courte allocution en ligne qui intervient à un an de l’élection présidentielle, et dans un contexte où la députée d’extrême droite voit sa cote progresser sondage après sondage.

Partie très tôt en campagne, la présidente du RN réussit pour l’instant à conserver sa place de première opposante à Emmanuel Macron, en jouant autant que possible la carte de la “normalisation”. Des efforts de dédiabolisation que son soutien aux signataires de la tribune aux relents insurrectionnels publiée dans Valeurs actuelles peut mettre en péril, à en juger par les tirs de barrage venant de la majorité.

“Comment des gens -et Mme Le Pen en particulier- qui aspirent à exercer les responsabilités de l’État, peuvent-ils cautionner une initiative qui n’exclut pas de se retourner contre l’État?”, a interrogé le Premier ministre Jean Castex en conférence de presse. Avant de faire un clin d’œil appuyé au passé du parti d’extrême droite: “chassez le naturel, il revient au galop”.

Dérapage révélateur ou risque calculé? Difficile à dire, car il est admis que Marine Le Pen a la cote chez les policiers et militaires, après avoir récolté 40% des voix de ce corps électoral en 2017. Le choix d’apporter son soutien à ces officiers retraités pourrait donc revêtir un caractère purement électoraliste.

Le croisement des courbes en ligne de mire

“Pou...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.