Marine Le Pen ne veut plus suspendre les accords de Schengen

Romain Herreros
·Journaliste politique
·1 min de lecture
Marine Le Pen ne veut plus suspendre les accords de Schengen

POLITIQUE - En 2017, la candidate du Front national promettait de suspendre les accords de Schengen dès son arrivée au pouvoir. Pour 2022, Marine Le Pen annonce finalement qu’elle renonce à cette idée pourtant centrale dans son programme d’il y a cinq ans. La raison? Ce qu’elle estimait possible lors de l’élection présidentielle précédente ne le serait plus cette fois-ci.

“Il est évident qu’aujourd’hui, compte tenu de la composition de l’Union européenne et de son fonctionnement, il est assez difficile d’envisager d’obtenir une unanimité (des voix) sur la capacité à récupérer l’intégralité de la maîtrise de nos frontières”, a-t-elle déclaré ce vendredi 29 janvier lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation de son contre-projet à la loi “renforçant les principes républicains”. Une déclaration qui confirme les informations publiées par L’Opinion.

“Mais on peut très bien décider ensemble au moins de limiter les effets les plus négatifs de cette libre circulation des personnes”, a-t-elle poursuivi, avant d’ajouter: “la proposition que je fais (...) c’est de réfléchir à ce que cette libre circulation, dans le cadre d’un esprit européen, auquel nous sommes attachés d’ailleurs, ne s’applique qu’aux nationaux des pays de l’UE”. Or, quatre pays, à l’image de la Norvège ou de la Suisse par exemple, sont membres de Schengen sans appartenir à l’Union européenne.

“Soyons sérieux, suspendons Schengen”

Dans le système imaginé par la députée du...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.