"Marina Foïs, Laure Calamy, Roschdy Zem... On a noté les participants aux Césars 2021"

·1 min de lecture

Depuis plus d'un an, le monde que nous connaissions vacille et beaucoup de nos repères ont disparu. Heureusement, comme un phare dans la nuit, la cérémonie des Césars, inaltérable, continue de nous montrer le chemin.

" L'homme se sent tellement passager qu'il a toujours de l'émotion en présence de ce qui est immuable ", disait Madame de Staël. C'est exactement ce qu'on a ressenti hier soir en regardant la cérémonie des Césars, si rassurante de stabilité et d'absence de surprise. Voici les notes de cette soirée réussie.Roschdy Zem : 7. Le président de la cérémonie a su donner le ton dès son entrée. Son discours, sorte de synthèse entre le charisme de Jean-Marc Ayrault et l'élégance de Jean Castex, a réussi l'exploit de ne pas faire ombrage à ses prédécesseurs. Sans parvenir toutefois à égaler la prestation 100% langue de bois de Sandrine Kiberlain l'année dernière. Bien, mais peut mieux faire.Marina Foïs : 8. La présentatrice de la soirée, aussi à l'aise sur scène qu'un footballeur dans une pub pour shampooing, est parvenue d'emblée à instaurer cette légère sensation de malaise propre à cette cérémonie. Et à la faire perdurer jusqu'à la fin. Une constance à saluer.Meilleurs espoirsRoselyne Bachelot : 8. On a davantage entendu parler d'elle en une soirée que depuis qu'elle est à la tête de la culture. Une leçon à méditer pour les ministres Jacqueline Gourault et Brigitte Bourguignon. Les meilleurs espoirs féminins et masculins : 8. Sont-ce les extraits choisis ? On...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme