Un sous-marin nucléaire français a patrouillé en mer de Chine méridionale

·2 min de lecture
UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE FRANÇAIS A PATROUILLÉ EN MER DE CHINE MÉRIDIONALE

PARIS (Reuters) - Un sous-marin d'attaque à propulsion nucléaire et un navire de guerre français ont patrouillé en mer de Chine méridionale, a annoncé mardi le ministère des Armées, dans un contexte de tensions croissantes sur ces eaux revendiquées par Pékin.

Plus tôt dans la journée, la marine américaine a également indiqué que deux bâtiments avaient mené des opérations conjointes dans ces mêmes eaux alors que les Etats-Unis continuent de contester la souveraineté de la Chine dans la région.

Ces deux annonces donnent à penser que la France et les Etats-Unis entendent naviguer librement dans ces eaux proches de la Chine.

Dans un communiqué le ministère français des Armées souligne l'attachement de la France au respect des principes du droit maritime et la volonté de l'Hexagone, puissance de l’Indopacifique, de protéger ses zones de souveraineté.

"Cette stratégie repose notamment sur des engagements opérationnels, sur une tradition de coopération avec les États de la région et sur une diplomatie de défense qui contribue notamment au soutien du multilatéralisme, du droit international et du principe de liberté de navigation", écrit le ministère.

Les Etats-Unis contestent les revendications territoriales de la Chine dans la région, l'accusant de militariser la mer de Chine méridionale et de tenter d'intimider ses voisins, notamment la Malaisie, les Philippines et le Vietnam, dont les revendications croisent celles de la Chine.

Pékin, de son côté, affirme détenir une souveraineté irréfutable dans la mer de Chine méridionale et a accusé les Etats-Unis d'alimenter délibérément les tensions.

Dans sa mission de patrouille en mer de Chine méridionale, baptisée "Marianne", le sous-marin nucléaire français Emeraude était accompagné du bâtiment de soutien et d'assistance métropolitain, La Seine.

Sur Twitter, la ministre française des Armées, Florence Parly, a estimé que cette mission témoignait des capacités de la Marine nationale à se déployer loin et longtemps, sur toutes les mers du globe, en coopération avec les alliés de la France, comme le Japon, l'Australie ou les Etats-Unis.

(Claude Chendjou, avec John Irish, édité par Jean-Michel Bélot)