Le sous-marin indonésien disparu a "coulé", avec 53 hommes à bord

·2 min de lecture

Disparu depuis mercredi au large de Bali, le sous-marin KRI Nanggala a "coulé" avec 53 hommes à bord, a déclaré samedi la marine indonésienne. Si la mort de l’équipage n’a pas été annoncée, des débris ont été retrouvés et les autorités pensent que les réserves d'oxygène à bord sont épuisées.

Le sous-marin disparu au large de Bali avec 53 hommes à bord a "coulé", a confirmé, samedi 24 avril, la marine indonésienne, alors que plusieurs débris du sous-marin, qui n'a pas répondu depuis mercredi, ont été retrouvés, dont certains provenant de l'intérieur du submersible, suggérant des dommages irrémédiables. Les autorités indonésiennes pensent, par ailleurs, que l'équipage, s'il a survécu, a épuisé ses réserves d'oxygène.

"Sur la base des éléments que nous pensons venir du KRI Nanggala, nous avons changé le statut du sous-marin de 'disparu' à 'coulé'", a indiqué Yudo Margono, porte-parole de la marine indonésienne au cours d'une conférence de presse.

Une possible rupture du réservoir

Des centaines de militaires et une vingtaine de bateaux sont mobilisés depuis mercredi pour localiser le KRI Nanggala 402, un submersible vieux d'une quarantaine d'années. La marine avait estimé à 72 heures les réserves maximales d'oxygène dont disposaient les membres d'équipage en cas de panne d'électricité et ce délai a été franchi tôt samedi matin, rendant leur survie improbable.

Une nappe d'hydrocarbures repérée dans la zone où le submersible a plongé laisse craindre une possible rupture du réservoir, voire une dislocation du sous-marin, selon les experts. Les autorités militaires avaient annoncé initialement que le submersible pouvait avoir coulé jusqu'à 700 mètres de fond, une profondeur bien plus importante que celle pour laquelle il a été conçu.

Le sous-marin de fabrication allemande avait demandé une autorisation de plonger dans le cadre d'exercices militaires comprenant le tir de torpilles, avant de disparaître. Les États-Unis ont envoyé des troupes aéroportées tandis que deux navires de la marine australienne étaient arrivés sur zone.

Avec AFP