Elles se marient à 72 ans dans un Ehpad, après avoir caché leur amour toute leur vie

Photo d’illustration.
kate_sept2004 / Getty Images Photo d’illustration.

Deux femmes résidentes d’un Ehpad des Hauts-de-France ont officialisé leur relation après près de 50 ans de secret.

MARIAGE - Liliane et Andrée se sont dit oui à 72 ans, à l’Hôtel de ville de Valenciennes (Nord). Le mariage s’est déroulé mardi 15 novembre en présence de quelques résidents de l’Ehpad du Val d’Escaut où elles résident depuis cinq ans et de l’ensemble des équipes de la structure. L’histoire, racontée par le média local L’Observateur, est notable : les deux femmes auront attendu près de 50 ans pour officialiser leur amour.

« Elles disent qu’elles sont amoureuses depuis l’âge de 25 ans. Lorsqu’elles sont arrivées chez nous en 2017, elles ont demandé à être dans la même chambre, mais nous ne savions pas qu’elles étaient amoureuses. Nous l’avons appris lors d’un voyage à la plage », explique Camille Hetroit, cadre de l’Ehpad du Val de l’Escaut, à nos confrères de L’Observateur.

« Possible qu’à la télévision »

« Durant cette journée, lors du repas, nous parlions des mariages gays. Et Liliane et Andrée sont venues nous demander si c’était possible de faire ça dans la vraie vie. Elles pensaient que les mariages entre des personnes du même sexe n’étaient possibles qu’à la télévision, ajoute Alexandra Simon, leur infirmière référente. On leur a dit que c’était possible. Et quelques minutes plus tard, Andrée faisait sa demande à Liliane devant nous ».

« Nous avons tous préparé ce mariage comme s’il s’agissait du mariage de l’un de nos proches », indique Camille Hétroit. Une fête a été organisée à l’Ehpad. Placées très tôt durant leur jeune enfance au sein du foyer de vie Notre-Dame d’Aubry-du Hainaut, elles se sont connues à l’âge de 11 ans. Elles ne se sont jamais quittées depuis.

Alors qu’une fusillade dans une discothèque LGBTQ vient d’avoir lieu à Colorado Springs aux États-Unis et que la Fifa a annoncé interdire le port du brassard « One Love » pendant la coupe du monde de foot au Qatar, cette histoire rappelle qu’il n’y a en effet, qu’un seul amour.

VIDÉO - Déclic - Journée de la bisexualité - Anaïs : "Il y a une double violence pour les personnes bi. D’une part elles subissent l’homophobie, d’autre part la biphobie"

À voir également sur Le HuffPost :

 

Lire aussi

undefined

Pour Danemark-Tunisie, la tenue symbolique de l’ex-Première ministre danoise

undefinedundefined

La montée de l’extrême droite en Suède et en Italie s’inscrit « dans une continuité »

undefined