Marie-Thérèse : politicienne, guerrière et mère (partie 2)

·1 min de lecture

Une fois parvenue au pouvoir, Marie-Thérèse sait à la fois commander et se faire aimer. Dans ce nouvel épisode du podcast Europe 1 Studio "Au cœur de l'histoire", Jean des Cars vous raconte comment la souveraine a su réformer son empire et s’assurer des alliances solides grâce aux mariages de ses nombreux enfants, dont celui d’une certaine Marie-Antoinette…  

A Vienne, la nurserie du palais déborde littéralement d’enfants. Marie-Thérèse en a mis au monde seize, dont treize ont survécu, et dix atteindront l’âge adulte. C’est un bilan extrêmement positif pour l’époque car la variole sévit de manière endémique. On sait que les premières années de son règne sont très occupées par la politique. Elle gagne sa légitimité par la guerre mais en même temps, elle va réformer son Empire.

L’impératrice réforme l’empire

Sitôt arrivée au pouvoir, Marie-Thérèse se débarrasse de tous les vieillards qui avaient si mal conseillé son père. Elle charge le comte Haugwitz de réorganiser l’armée. Un aristocrate de Bohême, le comte Chotek, s’attaque à une réforme fiscale. Elle fait venir un Ecossais, Laudon, et un Irlandais, Lacy, pour réformer l’armée et veille à ce que ses soldats soient bien nourris et chaudement vêtus. Ses ministres et ses généraux lui vouent une fidélité à toute épreuve. Marie-Thérèse sait commander mais aussi se faire aimer. 

A partir de 1755, elle confie les Affaires étrangères à un remarquable diplomate, le comte Wenzel Kaunitz. Il deviendra son ministre et son conseiller le p...


Lire la suite sur Europe1