Marie-Sophie Lacarrau prudente, elle assure ne pas venir « dynamiter » le JT de Jean-Pierre Pernaut

·1 min de lecture

Le lundi 4 janvier prochain, ce sera le baptême du feu pour Marie-Sophie Lacarrau. Aux manettes du 13 Heures de TF1, elle prendra la suite de Jean-Pierre Pernaut. Celle qui présentait auparavant celui de France 2 est déjà rompue à l’exercice, mais se sait attendue au tournant. Pour ceux qui craignaient une révolution dans la ligne éditoriale du journal, elle vient d’accorder un entretien dans lequel elle tient des propos rassurants. Il n’est pas question pour elle de trop bousculer le public de JPP pour son entrée. « Je ne viens pas pour dynamiter ce journal, je veux respecter ce qu’est ce 13 Heures. L’ADN du 13 Heures ne changera pas : on restera sur les problématiques des régions et on continuera de parler de l’air du temps, on traitera l’actualité du jour, celle qui s’impose, et on continuera de mettre en avant les traditions, les valeurs de nos anciens qui font aussi ce qu’on est aujourd’hui et nos identités », explique dans une interview relayée par Ouest-France ce lundi 28 décembre la journaliste de 45 ans qui succède à celui qui cartonnait depuis 33 ans aux manettes du JT.

Le 18 décembre dernier, Jean-Pierre Pernaut lui a passé le relais lors de son dernier JT. Plus récemment, il lui avait offert dans une séquence vidéo humoristique diffusée sur les réseaux sociaux « trente ans de notes et de petites fiches » sur le terroir. De quoi faire plaisir et faire sourire la nouvelle titulaire. C’est dans ses pas que Marie-Sophie Lacarrau compte bien s’inscrire, promettant qu’il (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Michel Drucker "s'en sort bien" : Léa Drucker donne des nouvelles de son oncle
Meghan Markle et Harry de retour en Angleterre pour les 100 ans du prince Philip ?
Flashback - Romy Schneider et Daniel Biasini : une histoire d'amour marquée par le drame
Le Dr. Gérald Kierzek recadre sèchement Christian Estrosi : "Ça n'est pas dramatique"
Les 12 coups de midi accusé de racisme : Jean-Luc Reichmann plaide la bonne foi