Marie Lingois : "Avec ma mère Florence Arthaud, on savait se dire je t’aime"

·2 min de lecture

Marie Lingois, la fille de Florence Arthaud et du navigateur Loïc Lingois, raconte en exclusivité à Paris Match sa relation fusionnelle avec sa maman, disparue six ans auparavant dans un accident d’hélicoptère.

Première femme à remporter la Route du Rhum en 1990, Florence Arthaud a jeté l’encre pour la maternité à 36 ans. Flash-back. En octobre 1993, Marie n’a que deux mois quand la navigatrice de légende se confie sur sa nouvelle vie. « Mon bonheur est aussi grand que lorsque j’ai gagné la Route du Rhum. Avec une différence énorme : Marie est là tous les matins. Ce n’est pas un bonheur fugitif. » Malgré « l’amour exclusif et ultime » qui les unissait, l’aventurière n’a pas renoncé à ses envies de grand large. « Marie a été élevée en partie par sa « Mamie ». Le bateau c’est ce qui lui enlevait sa mère et elle en a un peu souffert, explique Hubert Arthaud, le frère de Florence. C’est surement pour ça qu’elle a préféré l’équitation à la voile. » Entre elles, un amour indicible qui donne envie de retrouver son port d’attache même quand la vie terrestre semble bien fade. « Au-delà de notre indépendance, de nos aspirations à une certaine solitude, notre relation était fusionnelle. On savait se dire « je t’aime » et on se le disait tout le temps », raconte Marie Lingois à Patrick Mahé, dans le numéro 3750 de Paris Match.

Florence Arthaud avait fait de Val d’Isère son refuge

Au fil des ans, Florence Arthaud avait fait de Val d’Isère son refuge. Chaque hiver, elle retrouvait les siens dans cette station savoyarde. « Nos vacances étaient nos moments à nous. Ni l’une ni l’autre ne pouvait y échapper, avoue Marie. Mon père nous rejoignait pour les fêtes que nous célébrions tous les trois. » Un rituel familial cher à la jeune femme de 27 ans. Aussi, la dernière photo aux côtés de sa maman a été prise là-bas, trois mois avant le drame. Ce souvenir, Marie ne s’en sépare jamais. Celle qui fut surnommée la « Petite fiancée de(...)


Lire la suite sur Paris Match