Marie Cau, première maire transgenre de France, veut se présenter à la présidentielle

Jade Toussay
·1 min de lecture
Marie Cau, première maire transgenre de France, va se présenter à l'élection présidentielle (photo prise le 24 mai 2020, au lendemain de son élection à la mairie) (Photo: FRANCOIS LO PRESTI/AFP)
Marie Cau, première maire transgenre de France, va se présenter à l'élection présidentielle (photo prise le 24 mai 2020, au lendemain de son élection à la mairie) (Photo: FRANCOIS LO PRESTI/AFP)

POLITIQUE - Elle avait déjà marqué les esprits en devenant, lors des dernières élections municipales, la première maire transgenre de France. Marie Cau vise désormais plus loin. Dans une interview à Tétu vendredi 19 mars, l’édile a annoncé son ambition présidentielle pour 2022.

Ingénieure, titulaire d’un diplôme de technicienne agricole, d’un BTS horticole et passée par l’armée avant de se “reconvertir dans l’informatique”, Marie Cau a été élue avec plus de 60% des suffrages maire de Tilloy-lez-Marchiennes, un petit village de 550 habitants dans les Hauts-de-France.

Maire sans étiquette -“hors parti” selon ses termes-, elle ne se définit pas comme “une personne politique”. Mais l’idée d’une candidature à l’Élysée est née d’un constat:

“Le climat politique en France est assez désagréable. (...) Je me suis dit: autant me lancer pour apporter une voix différente. Suite à mon élection, j’ai eu beaucoup de retours positifs sur mon discours et ma façon de voir les choses. Je me suis dit qu’il était temps de faire évoluer la politique vers plus de bienveillance que ce qu’on voit actuellement”, explique-t-elle au magazine.

“Je ne suis personne en politique”

Sa démarche peut surprendre pour une quasi-novice de la politique, mais Marie Cau y voit au contraire une force: “Plutôt que de rentrer dans les appareils,(...), je préfère garder ma liberté de parole. Je ne suis personne en politique, donc je peux représenter tout le monde. Je ne suis pas étiquetée. Je peux avoir une parole libre et ne pas opposer les gens, mais plut&oc...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.