Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, pionnière de l'information sexuelle

Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, pionnière de l'information sexuelle

«Ce qu'elle apporte, c'est une protestation très vive contre les situations catastrophiques que vivaient les femmes à ce moment-là.»

Tout l'été, nous vous proposerons des portraits d'hommes et de femmes qui, par leurs travaux ou leur engagement, ont contribué à libérer la sexualité du tabou et du sentiment de culpabilité qui l'enfermaient dans les sociétés occidentales il y a encore soixante-dix ans.

ÉPISODE 5 o Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, gynécologue-obstétricienne, fervente défenseure de la contraception, est la co-fondatrice de l'ancêtre du planning familial en 1956, la Maternité Heureuse. Avant elle, l'information sur la maîtrise de sa sexualité relevait presque de la clandestinité.

7 juillet 1955: Claude et Ginette Bac sont condamnées à deux ans de prison ferme pour la mort de leur bébé de huit mois, Danièle. Deux ans plus tôt, alors que leur petite était malade, ils l'avaient privée d'aliments et de soins, faute de moyens pour pouvoir se procurer les produits nécessaires. Danièle était le quatrième enfant de ce couple. Ils sont âgés d'à peine 25 et 23 ans et vivent dans la misère au coeur de la Seine-et-Oise, les Yvelines actuelles.

À leur procès, Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, gynécologue-obstétricienne, témoigne en tant qu'experte. Elle dénonce l'obscurantisme de la France en matière de régulation des naissances. L'année suivante, elle co-fondera et présidera l'association La Maternité heureuse, ancêtre du Mouvement français pour le Planning familial. Dans ses statuts, l'association prône «l'étude des problèmes de la maternité, de la natalité, de ses répercussions familiales, sociales, nationales» et la «recherche des informations scientifiques françaises et internationales relatives à ces problèmes». En clair: les couples ont le droit de faire l'amour quand ils le souhaitent, et d'enfanter quand ils le souhaitent aussi.

Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé (1916-1994) refuse (...) Lire la suite sur Slate.fr