Marianne Mathieu, directrice scientifique du musée Marmottan Monet : "Chez nous, il n'y a rien de virtuel"

Valérie Oddos
·1 min de lecture

Sur le site du Musée Marmottan Monet, on est accueilli par une vidéo pleine page : "Nous pensons à vous", entend-on, sur des images qui montrent l'accrochage de l'exposition du peintre danois Peder Severin Krøyer (1851-1909), jamais montré en France. On y voit de nombreuses personnes qui s'activent, ouvrent des caisses, peignent des murs, percent... L'ouverture était prévue pour le 28 janvier. L'exposition est prête. Mais le confinement des musées continue et on devra attendre qu'ils soient autorisés à accueillir le public.

Malgré les circonstances, le musée Marmottan veut rester dans le concret. "Chez nous, il n'y a rien de virtuel" : Marianne Mathieu, la directrice scientifique du musée, y tient : "On est là, on est présents, et la problématique qui a été la nôtre depuis le début de la crise est, nonobstant la situation, comment faire que les projets adviennent coûte que coûte. Concrètement, nous nous adaptons chaque jour, échangeons sans interruption avec nos collègues des autres musées, travaillons main dans la main pour adapter et ajuster nos programmations."

"Un rapport à l'espace et au temps différent"

L'exposition Cézanne et les maîtres, rêve d'Italie qui avait commencé fin février 2020 au musée a été prolongée (elle devait se poursuivre jusqu'au 3 janvier 2021). "Nous avons compris dès le premier confinement, que notre rapport à l'espace et au temps serait très différent. Pour que cette exposition, particulièrement difficile à produire, puisqu’elle réunissait 63 (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi