"Marianne" : Les journalistes dénoncent un changement de Une dicté par leur actionnaire Daniel Kretinsky

·1 min de lecture

Daniel Kretinsky s'immisce dans la ligne éditoriale de "Marianne" ? La société des rédacteurs (SDR) de l'hebdomadaire, dont la rédaction est dirigée par Natacha Polony, a fustigé mardi dans un communiqué "l'intervention de l'actionnaire principal sur la 'Une' du journal" de ce jeudi 21 avril. À trois jours du second tour de l'élection présidentielle, la rédaction avait choisi d'évoquer le duel entre les deux finalistes, Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Mais la titraille retenue "à l'issue de deux réunions collégiales associant la direction et l'ensemble de la rédaction" aurait été modifiée a posteriori par le milliardaire tchèque en personne. Photos à l'appui, la SDR dévoile deux "Unes", celle avec "le contenu initial de ce qui devait apparaître" et celle que les lecteurs de l'hebdomadaire retrouveront demain dans les kiosques.

"La colère... ou le chaos ?" devient "Malgré la colère... éviter le chaos"

Deux titres auraient été amendés. Dans la version originelle, les visages d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen devaient respectivement être barrés des expressions "La colère..." pour le premier et "ou le chaos ?" pour la seconde. Un choix qui avait le mérite, selon la SDR, "d'établir une distinction factuelle entre les deux candidats sans pour autant dicter leur conduite à nos lecteurs".

Si la "Une" publiée reprend les mêmes expressions, "colère" sur le visage d'Emmanuel...

Lire la suite


À lire aussi

Emmanuel Macron propose une protection consulaire à la journaliste russe arrêtée
Marine Le Pen appelle les journalistes à ne pas être "des chasseurs de petites phrases" et des "pêcheurs de punchline"
Yves Calvi (RTL) : "Un journaliste doit répondre présent dans ces moments-là"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles