Mariani n'aurait "aucun problème" à gouverner avec Ciotti et Morano si Le Pen était élue

·3 min de lecture
Thierry Mariani, invité de
Thierry Mariani, invité de

Il n'y verrait pas d'objection. Si Marine Le Pen était élue à la présidence de la République en 2022, Thierry Mariani affirme qu'il n'aurait "aucun problème" à gouverner avec d'actuels membres du parti Les Républicains (LR).

"Ce que j'attends, c'est ce que Marine Le Pen a proposé, c'est un gouvernement d'union nationale si elle gagne. Moi, je n'ai pas ma carte au Rassemblement national mais je soutiens clairement Marine Le Pen", a déclaré Thierry Mariani, tête de liste RN en Paca, invité de BFM Politique ce dimanche.

"Moi, je n'aurais aucun problème à gouverner avec eux", a assuré le transfuge de LR après avoir cité les noms de Nadine Morano et Éric Ciotti.

"Je constate qu'aux Républicains, il y a quelques uns encore qui sont cohérents, Ciotti Morano, Peltier (...). Le psychodrame qu'on a vécu en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur sur les investitures est absolument surréaliste", juge Thierry Mariani. "On reconnaît que Renaud Muselier a fait n'importe quoi, qu'il a fait une faute, mais on lui laisse le soutien", a-t-il tancé, saluant le fait qu'il y ait "quand même des gens qui disent non".

Divisions à LR

Après une séquence mouvementée au sein du parti Les Républicains (LR) en raison du choix du chef de file des régionales en Paca Renaud Muselier de faire figurer des candidats estampillés La République en Marche (LaREM) sur sa liste, plusieurs personnalités du parti de la rue de Vaugirard ont d'ores et déjà pris fait et cause contre cette démarche, alors que LR a assuré Muselier de son soutien au cours d'un conseil stratégique, tout en relevant une "erreur d'analyse politique"

Ainsi, le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, électeur de la région, a fait part de son intention de ne pas accorder son suffrage à Renaud Muselier "au premier tour" du scrutin de juin. Et si le numéro 2 de LR Guillaume Peltier vivait en Paca, il assure que Renaud Muselier ne recevrait pas sa voix et qu'il voterait "blanc" au premier tour.

Ailleurs dans le Grand Est, après que la tête de liste LR Jean Rottner a refusé que Nadine Morano figure sur sa liste aux régionales, cette dernière avait accusé le président de région sortant ainsi que Renaud Muselier en Paca d'être "deux artisans de Macron pour dépecer LR".

Mariani juge qu'il y a des gens "prêts" à gouverner au RN

"Éric Ciotti, je le connais depuis des années, on a partagé les bancs de l'Assemblée nationale dans le même parti et surtout sur les mêmes problèmes. Éric, comme moi, intervenait sur les problèmes de sécurité", avait évoqué plus tôt Thierry Mariani sur notre antenne, déclarant partager "à 90%" les idées du député des Alpes-Maritimes.

Avant de rétropédaler quelques jours après, Éric Ciotti avait lâché au cours d'une interview à Valeurs Actuelles le 30 avril que ce qui différenciait "globalement" LR du RN était la "capacité à gouverner". "On a des valeurs différentes", avait-il battu en brèche par la suite.

Interrogé sur cette capacité à gouverner, Thierry Mariani, lui-même ancien ministre des Transports lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, juge qu'Éric Ciotti se méprend:

"Je pense qu'il se trompe parce qu'il y a aussi des gens qui sont prêts et qui ont des capacités à gouverner, je le montre avec la liste que j'ai composée au Rassemblement national, a-t-il fait valoir. Mais le problème n'est pas de savoir si on est dans le même parti ou quoi, c'est de savoir si on fait la même analyse de la situation", croit-il savoir.

Article original publié sur BFMTV.com