Vous êtes mariés et heureux ? C’est (aussi) grâce à une prédisposition génétique

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Bride and groom walking on pavements

Selon une étude, il existerait un lien entre l'ADN et la satisfaction du mariage chez les jeunes mariés.

Selon une nouvelle étude menée par un psychologue de l'Université de l'Arkansas (États-Unis), la variation d'un gène spécifique pourrait être liée à la satisfaction relationnelle dans les premières années du mariage. Des recherches récentes indiquent qu'une variation appelée "CC" dans le gène CD38 serait associée à des niveaux accrus de gratitude. Au regard de ce lien, la psychologue Anastasia Makhanova et ses collègues ont utilisé les données d'une étude consacrée aux jeunes mariés pour déterminer s'il existait une corrélation entre la variation CD38 CC et les niveaux de confiance, de pardon et de satisfaction du mariage.

Grâce à leur étude, ils ont constaté que les personnes possédant la variante CC ont signalé des niveaux plus élevés de perceptions jugées bénéfiques pour des relations fructueuses. "Nous voulions voir si certaines des raisons pour lesquelles les gens pourraient avoir plus de mal à maintenir la satisfaction de la relation pendant la période du mariage sont dues à des prédispositions génétiques sous-jacentes potentielles", note Anastasia Makhanova, professeur adjoint de psychologie et première auteure de l'étude.

Reconnaissance et confiance

L'ADN de 142 jeunes mariés a été recueilli trois mois après leur mariage, les participants ont également complété une première enquête puis une tous les quatre mois pendant trois ans. À la fin de l'étude, les chercheurs ont comparé les résultats de l'enquête avec les variations CD38. Les scientifiques ont constaté que ceux qui possédaient la variation CC spécifique rapportaient des niveaux plus élevés concernant la satisfaction du mariage. "Les individus CC se sentaient plus reconnaissants envers leur partenaire, rapportaient une plus grande confiance en leur partenaire, étaient plus indulgents envers leur partenaire et étaient plus satisfaits de leur mariage que les individus AC/AA", ont écrit les chercheurs.

"Ce n'est donc pas que les gens qui n'ont pas le génotype CC sont condamnés à avoir des problèmes. C'est juste qu'ils sont plus susceptibles d'avoir des problèmes dans certains de ces domaines, et donc ces personnes devront peut-être travailler un peu plus dans ces domaines", a conclu Anastasia Makhanova.

Ce contenu peut également vous intéresser :