Mariage, couronnement, funérailles... Westminster, l'abbaye au cœur de la vie d'Elizabeth II

Elizabeth II le 2 juin 1953 - PA
Elizabeth II le 2 juin 1953 - PA

Les funérailles d'Elizabeth II se tiennent ce lundi en l'abbaye de Westminster. Il s'agit des premières obsèques royales sur place en plus de 250 ans. Depuis son mariage jusqu'à celui de son petit-fils, en passant par son sacre, l'édifice londonien a scandé les plus grands moments de la vie de la souveraine.

Après cinq jours passés dans le Hall du Parlement voisin, le cercueil d'Elizabeth II doit passer les portes de l'abbaye de Westminster ce lundi à 11h selon l'heure locale, soit midi à Paris. Autour d'elle, sa famille bien entendu, les principales figures de la vie publique britannique mais aussi 500 dirigeants internationaux et leurs conjoints, pour, en tout, 2200 personnes venues assister aux funérailles de la souveraine.

Ces obsèques viennent clore un long compagnonnage de plus de 70 ans: la relation particulière entre Elizabeth II et l'abbaye de Westminster. Car c'est dans l'église londonienne que, d'abord jeune fille puis reine, elle a vécu les plus grands moments de sa vie. Mais aussi certains des plus douloureux.

Le souvenir du sacre

Une image remonte en premier lieu lorsqu'on évoque l'histoire de la monarque à Westminster: celle d'une jeune femme menue de 27 ans, sous une très lourde couronne qu'elle porte pourtant avec hauteur, nimbée dans sa très longue traîne d'hermine, le bras soutenant le sceptre. La scène se déroule le 2 juin 1953, et Elizabeth II est alors sacrée reine d'Angleterre, et ointe des huiles saintes.

L'endroit est particulièrement chargé en symboles. Il est même le coeur de l'histoire britannique. En effet, si l'édifice actuel a été bâti au XIIIe siècle, il a été construit à l'emplacement même où Édouard le Confesseur a été inhumé et Guillaume le Conquérant proclamé roi en 1066.

900 ans plus tard, Elizabeth II y est donc couronnée par l'archevêque de Canterbury, sous le regard de tous les dignitaires du royaume et de leurs invités. Ainsi que de 277 millions de téléspectateurs dans le monde entier, scrutant une cérémonie retransmise selon le souhait du duc d'Édimbourg, époux d'une souveraine pour le moins réticente.

Mariages à l'anglaise

Il faut dire que l'abbaye de Westminster est aussi une affaire de couple pour Elizabeth II. Elle y épouse Philip de Grèce, rebaptisé Mountbatten, le 20 novembre 1947, cinq ans donc avant son accession au trône.

Westminster n'en a pas fini avec les mariages des Windsor. Si le prince Charles convole avec Diana Spencer en la cathédrale Saint-Paul, c'est dans l'abbaye que son fils William, et petit-fils d'Elizabeth II, passe l'anneau au doigt de Kate Middleton, le 29 avril 2011.

Mais Westminster est aussi le théâtre de quelques-unes des épreuves personnelles traversées par la reine durant son règne. Ainsi, le 6 septembre 1997, c'est là que sont célébrées les funérailles de l'ex-princesse de Galles Diana après son accident fatal sous le Pont de l'Alma, à Paris. Le 9 avril 2002, Elizabeth II doit aussi y enterrer cette fameuse "Reine mère" qui est accessoirement la sienne.

Une première depuis 1760

Mais aucun de ces événements ne peut rivaliser avec l'office de ce lundi, et l'abbatiale de Westminster en semble le seul point commun. Tout d'abord, le statut passé d'Elizabeth II confère un caractère hors norme à la cérémonie. De surcroît, il s'agit des premières funérailles nationales sur le sol britannique depuis l'enterrement de Winston Churchill en 1965. Surtout, il s'agit des premières obsèques royales en l'abbaye de Westminster depuis... 1760 et la mort de George II.

Dans l'intervalle, à compter de George III jusqu'à son père George VI, en passant même par la reine et impératrice Victoria, tous ont eu leur dernière messe du côté du château de Windsor, un exil post-mortem hors de Londres illustrant d'après cet article de France Inter le "glissement du pouvoir du roi au Parlement".

Toutefois, Elizabeth II ne rompt pas non plus avec ce domaine situé à 37 kilomètres de sa capitale. En effet, elle doit être inhumée dans la soirée dans le caveau du château. Elle y reposera entourée des siens - soit 25 de ses ancêtres et surtout son mari, mort l'an passé - sous la chapelle Saint-George. Là même où son petit-fils Harry a épousé Meghan Markle le 19 mai 2018.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Funérailles d'Elizabeth II: "La reine a prévu en grande partie ce qui va être dit"