Un mariage blanc contre des prestations sexuelles… comment les proxénètes albanais envahissent la France

Ils ne se contentent plus des revenus tirés du proxénétisme. Chassés il y a une dizaine d’années de la capitale, les proxénètes albanais sont de retour en Île-de-France. Selon le Parisien, ces derniers “versent aussi dans le trafic de stupéfiants, d’armes et les filières d’immigration clandestines”, et organisent même des “mariages blancs entre prostituées étrangères et clients français en échange de prestations sexuelles gratuites”. Depuis un peu plus d’un an, le proxénétisme albanais est de retour en Île-de-France après une percée dans le Sud de la France, comme à Toulouse où un important réseau a été démantelé en juin 2019.

Devant le marché de Saint-Mandé (Val-de-Marne), comme sur le boulevard Carnot dans le XIIe arrondissement de Paris près de la Porte de Vincennes, des camionnettes viennent déposer tous les soirs à partir de 22h30, une douzaine de filles des pays de l’Est. Toutes en petite tenue, “à enchaîner les passes à 40 euros entre les voitures garées en bataille ou à l’arrière d’un véhicule”. Et ils laissent des traces de leur passage : préservatifs usagés, mouchoirs et serviettes hygiéniques traînent par terre non loin des aires de jeux pour enfants, obligeant les riverains à trouver des excuses pour ne pas amener leurs enfants jouer ici. Mardi 12 novembre, la brigade de répression a mené un vaste coup de filet dans le secteur, qui pourrait selon le Parisien, avoir porté un coup d’arrêt à cette nouvelle expansion.

>> A lire aussi - La prostitution en ligne explose

Toujours selon le Parisien, les prostituées sont achetées “en Albanie dans la communauté rom chez les familles les plus pauvres, ou dans des pays frontaliers”, avant d’être envoyées en Europe occidentale. La plupart ne sont pas majeures. “Dès leur arrivée dans le réseau, les victimes sont enfermées dans une pièce et violées par les chefs, durant plusieurs jours, jusqu'à ce que la soumission soit totale”, relate le quotidien. Citant un document ministériel, il précise qu’une prostituée rapporte environ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Deutsche Bahn a trouvé la solution contre la canicule : peindre les rails en blanc
Les prestations sociales en hausse en 2018
Nouvelles manifestations contre la réforme des retraites
Immobilier : comment protéger son locataire contre des nuisances sonores ?
Un maire met en jeu son mandat contre les compteurs Linky