"Mon mari m'a dit qu'il pouvait mourir dans les 24 à 48h s'il n'était pas évacué d'Azovstal"

"Les Russes bombardent sans arrêt, (...) Mon mari m'a dit qu'il pouvait mourir dans les 24 à 48h s'il n'était pas évacué" Un millier de soldats ukrainiens résistent encore dans l’usine Azovstal de Marioupol, alors que la ville est assiégée par les troupes russes. Leurs femmes témoignent sur BFMTV.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles