Marge d'erreur (Chérie 25) Anny Duperey : "Jouer dans un tribunal, c'est très impressionnant"

·1 min de lecture

Comment est née cette histoire ?

Anny Duperey : Il y a quelques années, on avait tourné avec Joël Santoni Le Prix de la vérité , un téléfilm où j'incarnais une juge d'instruction. On avait envie de traiter à nouveau un sujet sombre, grave, mais différent. Il a imaginé une avocate de mon âge, 66 ans, Rebecca Prieto, qui fait acquitter son jeune client, un tueur qu'elle croyait innocent. Rongée par la culpabilité, elle décide de ne plus respecter ni son code de déontologie ni la loi pour le traquer et le coincer.

Pourquoi une telle décision ?

Elle sait qu'elle est seule responsable de l'acquittement du tueur. Juridiquement, elle ne peut pas revenir en arrière, mais elle veut qu'il tombe pour ses crimes. Sa seule chance, c'est de le prendre en flagrant délit sur une prochaine tentative de meurtre.

À lire également

Anny Duperey se confie sur la mort tragique de ses parents

On vous voit plaider d'entrée de jeu d'une façon magistrale. Vous y avez pris plaisir ?

Oui, d'autant que c'était ma première plaidoirie. Je n'ai jamais joué une avocate. Être dans un tribunal, c'est très impressionnant. J'ai éprouvé la même émotion que lorsque j'avais incarné un chef d'orchestre dans

Un ours pas comme les autr... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles