Marco Verratti : "Je me suis demandé si je devais continuer ici"

Le milieu de terrain italien est revenu sur son été mouvementé et ses envies de départ au FC Barcelone dans une interview à L’Équipe.

Verratti revient sur son été compliqué (AFP).

Marco Verratti a mis les choses à plat. Ce samedi, dans un entretien accordé à L’Équipe, le milieu de terrain italien est revenu sur son été agité au Paris Saint-Germain et ses velléités de départ au FC Barcelone. Arrivé de Pescara il y a 5 ans – le même jour que Zlatan Ibrahimovic -, “Petit Hibou” a admis avoir songé à un départ pour la première fois depuis sa signature au PSG.

“Je suis sincère : cette année, pour la première fois depuis cinq ans, je me suis demandé si je devais continuer ici”, reconnaît-t-il. “La vérité est que la saison dernière, on a traversé des moments compliqués. On n’était pas vraiment à la hauteur d’une équipe qui voulait tout gagner. On nous demandait de tout gagner et il y avait beaucoup d’équipes plus fortes que nous”, explique-t-il au quotidien sportif.

Antero Henrique a tout changé

Ses doutes sur le projet parisien ont été définitivement levés lorsque Antero Henrique a posé ses valises à Paris : “Quand le nouveau directeur sportif (Antero Henrique) est arrivé, la première chose que j’ai faite est d’écourter mes vacances et de venir me faire expliquer des choses. Dès notre première discussion, je lui ai dit : “C’est bon, je reste ici.” Je ne suis pas resté parce que Neymar ou Mbappé sont arrivés : à ce moment-là je ne savais pas même qu’ils allaient signer”. 

“Je ne comprenais pas ce qui se passait”

L’Italien regrette aussi les déclarations de son ex-agent, Donato Di Campli, qui l’a souvent mis en porte-à-faux vis-à-vis du club francilien. Début juillet, au plus fort de la tension entre le PSG et le clan Verratti, Di Campli avait notamment parlé de son joueur comme d’un “prisonnier de l’Emir du Qatar”. Des déclarations fracassantes qui ont irrité le numéro 6 du PSG. “Tous les matins, quand j’ouvrais le journal, je voyais des déclarations que je n’avais jamais faites ou bien il disait des choses avec lesquelles je n’étais pas d’accord. Je ne comprenais pas ce qui se passait”, lâche-t-il.

Depuis, Verratti a choisi Mino Raiola pour le représenter et l’Italien a retrouvé un peu de sérénité:  La seule chose que je lui ai dite, c’est : “Je te prends si on ne parle plus de moi dans les journaux.” Il a l’expérience, de bons rapports avec les clubs. Et Zlatan me l’a conseillé”. 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages