"Nous marchons sur un fil" : l'avertissement d'Edouard Philippe avant le déconfinement

Le 11 mai approche à grands pas, mais rien ne dit que le déconfinement débutera bien à cette date. Edouard Philippe a déjà évoqué la possibilité de son report lors de son allocution de ce mardi 28 avril à l'Assemblée nationale, mais continue à préparer les Français à cette éventualité. Le Premier ministre, qui donnera le feu vert -ou rouge- ce jeudi 7 mai dépendant de l'état des hôpitaux et des capacités de tests, avait aussi évoqué une "ligne de crête" lors de son discours.

Deux jours plus tard, comme le rapporte le JDD en kiosques ce dimanche 3 mai, l'homme politique, qui a imposé cette date, a rectifié lors d'une réunion vidéo avec les députés du groupe LREM. "J’ai parlé de ligne de crête ; en fait, nous marchons sur un fil", a-t-il affirmé. Cette phrase choc permet de ménager les attentes, et ramène à la réalité de la pandémie. "Nous ne cherchons pas à dramatiser, nous sommes réellement inquiets", a commenté un conseiller de l'homme politique dans les colonnes de l'hebdomadaire.

Olivier Véran tempère aussi

Du côté du ministère de la Santé, la même mélodie résonne. Dans Le Parisien ce samedi 2 mai, Olivier Véran se veut d'abord rassurant : "Les dernières modélisations des scientifiques laissent penser que le confinement pourra être progressivement levé comme prévu le 11 mai." Puis enchaîne avec une mise en garde : "Mais j'alerte en rappelant que tout le scénario construit dépend du respect, jusqu'au dernier moment, du confinement. Nous ne prendrons aucun risque avec la santé

Retrouvez cet article sur GALA

Brigitte Macron révèle la teneur de ses conversations avec les Premières dames
Kim Jong-un : sa soeur Kim Yo-jong inspire un fétichisme inquiétant
Amel Bent contrainte de retirer une photo sur Instagram : elle s'explique
"Il aurait donné sa vie pour elle" : la fille de Natalie Wood vole au secours de Robert Wagner
Kobe Bryant : sa veuve célèbre le déchirant anniversaire de sa fille, qui aurait eu 14 ans