Marcher, nager ou danser pour vivre en bonne santé

·1 min de lecture

Halte à la sédentarité ! L'activité physique prévient, voire guérit, de nombreuses pathologies, attestent les chercheurs, qui décryptent les mécanismes intimes de cette action bénéfique.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - Les Indispensables n°207, daté octobre/ décembre 2021.

Les fenêtres sont ouvertes, mais Mirella et Véronique transpirent sur leurs vélos. Dans la salle adjacente, entre tapis de yoga, haltères et espaliers, elles ont déjà effectué une heure trente de renforcement musculaire et de travail d’équilibre. Nous ne sommes pas dans une salle de fitness, mais à l’Hôtel-Dieu à Paris, au cœur de la plate-forme de réhabilitation par le sport, et chaque vélo est relié à un ordinateur afin de surveiller fréquence cardiaque et saturation en oxygène. "Notre objectif est de mettre en place cet outil thérapeutique qu'est l'activité physique afin que les patients se l'approprient comme un médicament", précise Patricia Thoreux, médecin du sport, responsable de la plate-forme. Au terme d'un programme thérapeutique de six semaines, les patients sont incités à pratiquer régulièrement une activité adaptée afin de modifier durablement leurs habitudes de vie : rugby touché sans placage, escrime artistique, aquagym, marche nordique, biathlon pétanque, boxe adaptée.

Attestée par une littérature scientifique prolifique, la légitimité de l'activité physique dans l'arsenal de soins est désormais irréfutable. "On n'en est plus à devoir démontrer son efficacité ! confirme Guillaume Millet, chercheur en physiologie de l'exercice à l'université Jean-Monnet de Saint-Étienne. La recherche a accumulé les preuves pour toutes les pathologies chroniques, y compris les myopathies."

Un effet sur le cancer du côlon, du sein et de la prostate

En France, le consensus scientifique s'appuie notamment sur une expertise collective de l'Inserm publiée en 2008. Fini le paradigme selon lequel on prescrivait à une personne malade ou fragile de se reposer, de s'aliter, en contre-indiquant le sport. L'expertise établit que "l'activité physique et sportive est un traitement à part entière des affections chroniques, dont les cancers, notamment du sein, du côlon et de[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles