Comment marche un tokamak, ce soleil artificiel en forme de donut ?

Le projet semble trop vertigineux pour exister, et pourtant, nous l’avons visité. Dans notre nouveau documentaire, au sud de la France, au cœur du paysage montagneux de Saint-Paul-Les-Durance, on trouve ITER, un « soleil artificiel », surnom désignant un réacteur à fusion nucléaire. Cette source d’énergie potentielle serait immense, rentable et décarbonée. En cours de construction et fruit d’une collaboration entre 35 pays, le réacteur ITER devra atteindre 150 millions de degrés Celsius. Il prend une étonnante forme de donut : c’est un tokamak. Mais comment ça marche, un tokamak ?

Notre documentaire dans les coulisses hors-du-commun d’ITER est à découvrir sur YouTube :

La petite histoire du « tokamak »

Contre toute attente, « tokamak » est un acronyme, issue de l’expression russe : toroidalnaïa kamera s magnitnymi katouchkami (to-ka-ma-k). Ce qui signifie « chambre toroïdale avec bobines magnétiques ». Le mot vient du russe, car le concept même du tokamak a été inventé en Russie, par deux physiciens, Igor Tamm et Andreï Sakharov, durant les années 1950. L’expression a été inventée par Oleg Lavrentiev, qui a également contribué aux recherches sur la fusion nucléaire.

Le principe du tokamak, longuement étudié à travers le monde, est aujourd’hui considéré comme le plus prometteur pour développer un réacteur à fusion nucléaire.

Comment démarre la fusion dans un tokamak ?

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Hall d'assemblage à ITER. // Source : Louise Audry pour Numerama