Elle marche seule

Libération.fr

Rama Yade L’étoile filante sarkozyste tente de se présenter à la présidentielle, dans l’indifférence générale.

Elle a un petit quart d’heure de retard. «Désolée, j’étais au téléphone avec un maire. Je les chasse comme des Pokémon.» Depuis un an déjà, l’égérie sarkozyste au destin d’Icare ministériel retombée bien loin des radars politico-médiatiques est candidate à l’élection présidentielle. Ses parrainages, elle «va les chercher avec son casque de spéléologue, au fin fond d’une France que les partis ne perçoivent plus», dit son mari, le haut fonctionnaire Joseph Zimet. Un œil sur le décompte du Conseil constitutionnel indique qu’elle en a pour l’instant récolté 151. Pas cher payé après avoir avalé 80 000 bornes pour sonder la «France des oubliés», des campagnes reculées aux contrées ultramarines, un épais classeur de coupures de presse locale faisant foi. Ce dernier est posé sur une chaise, à l’entrée de son QG : deux bureaux au dernier étage d’un étrange bâtiment dans le XVIIe arrondissement de Paris, avec des poutres apparentes façon chalet et une vache en plâtre grandeur nature au deuxième. La moquette, bleu roi, vient d’être posée - il en reste un grand rouleau dans un coin. Trois jeunes femmes s’affairent derrière une baie vitrée ornée d’un autocollant «Les jeunes avec Rama Yade». «On est tout petit mais on prend les choses au sérieux, on construit un mouvement, "la France qui ose", sur cinq ans», assure Patrick Herter, son directeur de campagne. Soutenue par le Parti libéral démocrate, ce que l’Hexagone a de plus proche d’une officine libertarienne, et une «coopérative de partis citoyens», elle promet des annonces imminentes, «mes cinq porte-parole - qui existent ! - mes 577 candidats aux législatives et leurs suppléants. Vous verrez, je ne suis pas seule !» La possibilité de l’existence d’une (très discrète) cinquième colonne ramayadiste nous traverse l’esprit.

Son premier SMS, après notre demande de rencontre, était : «Vous allez être méchant ?» (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Macron emprunte 8 millions d’euros pour sa campagne
Mort de Jean-Claude Etienne, ancien sénateur UMP
Caricature de Macron : le dircom de LR convoqué pour «entretien disciplinaire»
Caricature de Macron par LR: Fillon réclame des sanctions internes
UDI: Fillon doit dire comment il voit une majorité avec les centristes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages