Marche contre la vie chère, "allô Ségur": comment La France insoumise prépare sa rentrée

La France insoumise à l'Assemblée nationale le 6 juillet 2022 - AFP BERTRAND GUAY / AFP
La France insoumise à l'Assemblée nationale le 6 juillet 2022 - AFP BERTRAND GUAY / AFP

Ne pas laisser tomber retombler le soufflé. Après un démarrage en trombe à l'Assemblée nationale, qui lui a valu les critiques de la coalition présidentielle, La France insoumise veut occuper le terrain à la rentrée. Sans reprise des débats dans l'hémicycle avant le 3 octobre prochain, les députés proches de Jean-Luc Mélenchon cherchent la martingale pour rester visibles.

Au menu du mois de septembre, on trouve d'abord "une commission d'enquête populaire" sur la situation dans les hôpitaux alors que des dizaines de services d'urgence ont fermé leur porte pour l'été. Une trentaine d'élus se sont rendus la semaine dernière dans les hôpitaux de leur circonscription.

"Créer un contre-discours" sur l'hôpital

Les soignants, les patients et leurs familles sont également encouragés à faire remonter les dysfonctionnements via une plateforme. Les conclusions de ces travaux nommés "Allô Ségur, les députés dans les hôpitaux" seront rendues en septembre, avant de proposer des pistes de réforme.

"On a un objectif très clair avec ce travail: celui de créer un contre-discours tout en offrant des analyses techniques. On revendique de parler au grand public avec des choses qui touchent la vie quotidienne tout en proposant des solutions", décrypte Hadrien Clouet, député LFI de Haute-Garonne auprès de BFMTV.com.

Le mouvement veut également accélérer sur les sujets de vie quotidienne, à commencer par la hausse des prix, avec une inflation au plus haut depuis 1987. Pas convaincus par la loi pouvoir d'achat qui privilégie le mécanisme de primes exceptionnelles et non des hausses de salaire comme demandé par les insoumis, les parlementaires ont décidé de lancer une marche contre la vie chère.

Aller dans la rue pour défendre le pouvoir d'achat

Initialement prévue pour le début de mois de septembre, cette marche a finalement été reportée aux premiers jours d'octobre avec l'objectif revendiqué de mobiliser très largement les Français, les associations de consommateurs et les centrales. Au risque d'un démarrage tardif?

"Oui, on aurait préféré que ce soit un peu plus tôt mais on ne fâche personne comme ça, on arrondit un peu les angles. Et l'inflation sera toujours là début octobre", assume une députée LFI.

Il faut dire que Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a fait savoir son agacement, mettant en garde "contre un mélange des genres" sur BFMTV le 13 juillet dernier.

"Nous revendiquons de ne pas être asujetti au Parlement. Nous avons toujours pensé et assumé être pacifiquement dans la rue. Cela fait partie de notre stratégie", répond l'un des poids lourds du groupe.

Travailler avec la Nupes en vue du PLF

La pause parlementaire du mois de septembre devrait également permettre d'aplanir les relations avec la Nupes alors que certaines fractures sont apparues en termes de stratégie.

"On a des façons de faire assez différentes, pas la même histoire, pas le même goût du clash. On doit apprendre à travailler ensemble. On a tous de bonnes intentions et il faut veiller à ne pas dégoûter certains avec du caporalisme", explique, grinçant, un député écologiste.

Signe que le message est en partie passé: plusieurs élus devraient assister aux universités d'été de la France insoumise à l'instar de l'écologiste Sandrine Rousseau et du socialiste Arthur Delaporte. Des interventions d'insoumis sont également prévues à la Fête de l'Humanité, début septembre, avec l'objectif de détendre les relations souvents tendues avec Fabien Roussel, le patron du Parti communiste.

Devoir être solidaire

La rentrée scolaire verra également les députés de l'union de la gauche se pencher sur le projet de loi de finances qui va commencer à être examiné en commission mi-septembre.

"Ça va être le moment de tous les dangers pour nous. On va avoir un gouvernement qui va aller séduire tous azimuts les socialistes, les écologistes. On va bien border cette séquence en amont pour qu'on soit très solidaire", analyse un cadre du parti.

En guise de méthode, les députés de la Nupes devraient multiplier les réunions pour se mettre d'accord sur les points de vigilance, les amendements clefs et les propositions qu'ils veulent décliner.

Mélenchon en embuscade

Enfin, Jean-Luc Mélenchon pourrait reprendre le chemin des médias, après une cure de silence médiatique ces dernières semaines. Le patron de La France insoumise a d'ailleurs veillé à se mettre en scène, à des milliers de kilomètres de l'Hexagone en multipliant "les cartes postales" depuis l'Amérique du Sud. Visite avec le président mexicain, rencontre avec des syndicalistes, billets de blog très incisifs contre Emmanuel Macron... L'ancien candidat à la présidentielle n'a pas prévu de délaisser les travées en septembre.

Du côté de l'exécutif, on promet ne pas avoir d'inquiétude.

"On nous promet une rentrée sociale chaude tous les ans . Je ne suis pas certaine que les actions de La France insoumise soient comprises par eux-mêmes et compréhensibles pour les Français", tance la présidente du groupe Renaissance, Aurore Bergé.

Réponse à la rentrée.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles