Marche contre l'antisémitisme: le PS appelle à y participer mais juge la présence du RN "illégitime"

Le Parti socialiste appelle à participer dimanche à la marche contre l'antisémitisme lancée par le président du Sénat Gérard Larcher et la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, mais juge la présence du RN à cet événement "illégitime".

"Nous appelons tous les Français, quelle que soit leur position sur la guerre au Proche-Orient, à se joindre à la manifestation organisée le 12 novembre", explique le PS dans un communiqué, à l'issue d'un bureau national mardi soir.

Mais "au vu de son identité, de ses positions, et des propos tenus encore dimanche dernier par son président qui refuse de reconnaître l'antisémitisme du fondateur de son parti, la présence du RN à cette marche est illégitime", estime le PS, alors que le parti d'extrême droite a déjà annoncé qu'il participerait au rassemblement.

"La République est en danger; ses fondements mêmes sont attaqués"

"Nous répondrons présents", a écrit sur la plateforme X le président du RN Jordan Bardella. Marine Le Pen sera à ses côtés, selon le RN, qui s'efforce d'apparaître comme un bouclier pour les Français juifs.

Le président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), Yonathan Arfi, a apporté son "plein soutien à l'appel".

"La République est en danger; ses fondements mêmes sont attaqués", s'alarment les présidents des deux chambres du Parlement, respectivement deuxième et quatrième personnages de l'Etat, dans une tribune publiée par Le Figaro.

"Depuis l'attaque terroriste perpétrée en Israël par le Hamas, le 7 octobre, un massacre d'une ignominie jamais égalée depuis la Shoah, qui a causé la mort de 40 de nos compatriotes, les actes antisémites se multiplient dangereusement dans notre pays. En quatre semaines à peine, plus de 1.000 faits ont été enregistrés, soit deux fois plus qu'au cours de toute l'année 2022", poursuivent-ils.

Ils évoquent une marche "entre le Palais Bourbon et le Palais du Luxembourg", sièges de leurs assemblées, "unissant tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de notre République".

Le président du parti Reconquête! Éric Zemmour et sa candidate aux européennes Marion Maréchal ont fait savoir seraient présents. Du côté du gouvernement, le ministre de la Fonction publique Stanislas Guerini entend participer.

Article original publié sur BFMTV.com