Marche contre l’antisémitisme : Jordan Bardella fustige l’absence d’Emmanuel Macron

Jordan Bardella, invité sur RTL ce lundi 13 novembre.
Capture RTL Jordan Bardella, invité sur RTL ce lundi 13 novembre.

POLITIQUE - « Sa présence aurait permis de donner plus de poids à cette cause. » Invité ce lundi 13 novembre de RTL, le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, a critiqué l’absence remarquée d’Emmanuel Macron à la marche « pour la République, contre l’antisémitisme » organisée la veille à Paris et qui a rassemblé plus de 100 000 personnes.

Marche contre l’antisémitisme : Macron ne rejoindra pas ces Présidents qui ont déjà manifesté dans la rue

L’eurodéputé RN, qui a lui-même été rattrapé par l’histoire antisémite de son propre parti, dit par ailleurs s’interroger sur « les calculs » qui ont conduit le chef de l’État à décliner. « Quand on est président de la République, on n’est pas jugé à ce qu’on dit, mais on est jugé à ce qu’on fait. Je pense qu’il se serait grandi de se rendre à cette marche, et qu’il a probablement raté un rendez-vous avec l’Histoire », a-t-il insisté.

La macronie défend l’absence du président

Emmanuel Macron avait indiqué samedi 11 novembre qu’il ne participerait pas au rassemblement organisé par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher, mais qu’il y serait « par le cœur et la pensée ». Cette décision, dans une marche où deux de ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande, étaient présents, lui a valu des critiques, notamment dans le cortège.

À l’inverse, les soutiens d’Emmanuel Macron ne lui tiennent pas rigueur de son absence. « Je ne la regrette pas », a ainsi assuré Yaël Braun-Pivet, qui était invitée en même temps que Jordan Bardella sur CNews et Europe 1. La présidente de l’Assemblée nationale a même estimé que le chef de l’État « n’était pas absent » car « il a dit son soutien aux marches organisées dans toute la France » et « il était avec nous en pensées et en actes ».

« Il a toujours soutenu cette initiative », a abondé Sylvain Maillard, président du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, sur Sud Radio. « Qui peut nier l’engagement d’Emmanuel Macron contre l’antisémitisme ? », a insisté le député de Paris, jugeant que « la place d’un président de la République n’est pas dans une manifestation ».

À voir également sur Le HuffPost :

Marche contre l’antisémitisme à Paris : une photo officielle sur les marches de l’Assemblée lance le cortège

Bruno Le Maire dément toute candidature aux élections européennes 2024 et s’amuse d’être dans les sondages