La marche pour le climat finit en danse géante : "Un risque de contamination réel" mais difficilement démontrable"

·1 min de lecture

À l'issue de la manifestation pour une nouvelle loi sur le climat ce dimanche 28 mars à Paris, le cortège a commencé à chanter et danser place de la République. Des images qui interrogent sur le risque d'un cluster alors que la situation épidémique est alarmante.

Les week-ends passent et se ressemblent. Après le carnaval de Marseille du 21 mars, ce dimanche 28 mars, ce sont les images de manifestants pour le climat en train de danser place de la République à Paris qui ont indigné, notamment sur les réseaux sociaux, au moment où la situation épidémique reste alarmante, en particulier en Île-de-France.🔴Grosse ambiance sur la Place de la République à #Paris à la fin de la manifestation #VraieLoiClimat où de nombreux jeunes se réunissent pour danser et profiter de la #météo. #ClimateAction #28mars #MarchePourLeClimat #MarcheClimat pic.twitter.com/Ug0sbokHy6— Charles Baudry (@CharlesBaudry) March 28, 2021 Irresponsabilité des participants qui risque de contaminer leurs proches ou événement sans importance ? Marianne a posé la question à Jonathan Roux, épidémiologiste à l’École des Hautes Études en Santé Publique de Rennes.Marianne : Ces rassemblements, à l'image de la danse géante à la fin de la marche pour le climat dimanche, peuvent-ils aggraver la situation épidémique du Covid ?Jonathan Roux : Le risque existe, on ne peut pas l'exclure, même en extérieur. Dans les faits, ces événements peuvent potentiellement compliquer la situation. Le problème repose sur la...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République