Marche blanche après le féminicide d'Hayange : "On aurait pu éviter le drame"

·1 min de lecture

A Hayange, devant la mairie où quelques personnes sont déjà arrivées, l'émotion est forte et se mêle à la colère. Une marche blanche se tient ce mercredi en hommage à Stéphanie, une jeune femme de 22 ans tuée en pleine rue à coups de couteau à Hayange dans la nuit de dimanche à lundi. Peu après les faits, son conjoint de 23 ans, réfugié politique serbe, soupçonné d'être l'auteur, a été interpellé. Un énième féminicide qui suscite tristesse, colère mais aussi incompréhension chez les proches et les voisins de Stéphanie. Car celle-ci avait porté plainte contre son conjoint violent.

>> Retrouvez Europe soir en replay et en podcast ici

"On ne se sent pas en sécurité"

Dans le cortège, on ne comprend donc pas que la plainte de la victime contre son conjoint, l'année dernière, n'ait pas été transmise à la justice. "Je trouve ça aberrant parce qu'on aurait peut-être pu éviter le drame. S'ils avaient fait leur travail, certainement que le juge d'application des peines l'aurait su et n'aurait pas autorisé une sortie. Ça aurait empêché qu'elle laisse derrière elle une enfant qui a tout vu depuis la fenêtre et a vécu tout ce qu'il se passait depuis des mois", ne décolère pas une habitante. 

LIRE AUSSI - Féminicide d'Hayange : Darmanin, Dupond-Moretti et Schiappa annoncent une mission d'inspection

Un avis que partage une autre femme, également présente mercredi soir. "Honnêtement, ça fait froid dans le dos. C'est juste horrible. Ces jeunes femmes ne sont pas entendues, ne sont...


Lire la suite sur Europe1