Le marché des drogues ne connaît pas la crise

Le marché de la drogue ne s'est jamais aussi bien porté.

Le cannabis reste en tête

Légèrement freinées par la pandémie, l'offre et la consommation de stupéfiants sont revenues en 2021 à leur niveau d'avant la crise du Covid, selon un rapport de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies qui s'est notamment basé sur l'analyse des eaux usées de 75 villes.

Le cannabis reste de loin la substance la plus consommée devant la cocaïne et les drogues de synthèse type MDMA/exctasy et amphétamines.

Des mélanges dangereux

Les experts s'alarment face à de nouveaux mélanges expérimentaux, toujours plus puissants :

"La tendance de ces dernières années est que les consommateurs choisissent des substances qui n'ont pas été prévues comme drogues. Il y a une tendance à vouloir rechercher chaque fois des produits plus puissants.

Bien sûr, la pandémie de Covid-19 a eu un impact négatif très fort sur la santé mentale, surtout pour les groupes vulnérables. N'oublions pas non plus les effets de la crise économique. Tous ces éléments contribuent à une augmentation de la pression du marché sur les consommateurs existants ou potentiels", analyse Alexis Gossdeel, le directeur de l'observatoire européen des drogues et des toxicomanies.

Il y a une tendance à vouloir rechercher chaque fois des produits plus puissants.

Le rapport pointe notamment l'augmentation de "cathinones de synthèse", un mélange entre cocaïne, MDMA/ecstasy et amphétamines.

Par ailleurs, la cocaïne circule allègrement sur le continent. Un "volume record de 213 tonnes" a été saisi dans l'UE en 2020.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles