Marc Lavoine : "Vieillir ne me fait pas peur"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Hélène Pambrun / Paris Match
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Marc Lavoine nous avait reçus avec l’écrivaine Line Papin, à l’occasion de leur mariage, en 2020, pour parler d’amour et de sa «vie d’homme». Cette fois, c’est seul qu’il se confie sur le temps qui passe et une certaine joie d’enfant qui reste. À 59 ans, Marc Lavoine n’a toujours pas peur de vieillir. D’un vers de Pasolini, il a fait une maxime de vie et le titre de son quatorzième album, dans les bacs le 14 janvier : « Adulte jamais».

C’est un mot d’ordre, un mot de désordre, une sorte de pied de nez. « Adulte jamais. » Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer, Marc Lavoine a juré de rester fidèle à l’enfant qu’il était. Pour l’administration publique, il aura 60 ans cette année mais, dans sa tête à lui, il joue encore aux billes, roule à Motobécane, grimpe aux arbres et fuit l’esprit de sérieux ; ce monde des adultes, ces « sachants » bardés de diplômes et de certitudes. « Un adulte, c’est un enfant qui a raté sa vie », philosophait-il un soir dans le fond d’un café. Marc Lavoine a le goût de ces tirades. « Tous les grands hommes, les grandes femmes, sont restés des enfants. Comme eux, je sais que je ne sais rien. Les autres savent qu’ils savent. Comment font-ils ? »

Lire aussi : Marc Lavoine raconte comment il a fait sa demande à Line Papin

En cette après-midi de janvier, le chanteur nous ouvre la porte de son vaste appartement parisien, un joli bazar organisé à deux pas du Petit Journal, club de jazz autrefois couru. Mais Marc Lavoine, lui, ne court plus. Ses innombrables engagements pour le petit et le grand écran le condamnent à rester le plus souvent cloîtré chez lui ou en studio. « Depuis un bout de temps je ne vois plus grand monde, je limite les déplacements et je suis testé tous les quatre matins. » Ce régime ne l’a pas entamé. Sur sa belle gueule, un sourire qui désarme et deux yeux qui ne s’enrayent jamais. Près de quarante ans ont passé depuis le refrain qui l’a lancé : « Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue… »

Lire aussi : Marc Lavoine, son coup de gueule contre le sexisme de la société

C’était en 1985. En un tube, Marc Lavoine se taillait une place dans le cœur des Françaises et des Français. L’eau a(...)

Lire la suite sur Paris Match

VIDÉO - Marc Lavoine révèle être un piètre séducteur

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles