Maradona, Rossi, Houllier, ces grandes figures du football disparues en 2020

·6 min de lecture

En plus de la légende Diego Maradona, le monde du football a perdu en 2020 d’autres icônes telles que l’Italien champion du monde 1982 Paulo Rossi, les entraîneurs français Gérard Houllier et Michel Hidalgo, ou encore l’Anglais Jack Charlton vainqueur du Mondial 1966, et le Sénégalais Pape Diouf.

Diego Maradona, dieu du football

L’émotion et les hommages ont largement dépassé le monde du football, lorsque le 25 novembre, Diego Armando Maradona est mort d’une crise cardiaque, à 60 ans. « Dieu est mort » titrait le journal L’Équipe le lendemain. L’Argentin était adulé et considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de tous les temps.

Champion du monde en 1986 à l’issue d’une compétition pendant laquelle il a inscrit le but le plus controversé de l'histoire (la « main de dieu ») et l’un des plus beaux (« le but du siècle »), Maradona a aussi marqué à jamais les supporters de Naples dont il a porté les couleurs de 1984 à 1991. « El Pibe de Oro » a mené le club italien vers ses deux seuls sacres nationaux (1987, 1990) et son unique titre européen (Coupe de l’UEFA 1989).

Diego Maradona avait aussi ses failles (drogue, alcool) et n’est jamais parvenu à devenir un grand entraîneur. De quoi rendre un « dieu » humain.

Paolo Rossi, légende italienne

Moins de deux semaines après Diego Maradona, le héros d’une autre Coupe du monde nous a quitté, le 9 décembre, à 64 ans. L’Italien Paolo Rossi avait conduit la « Nazionale » au sacre lors du « Mundial » 1982 en Espagne, avec ses six buts inscrits, meilleur total de la compétition.

L’attaquant, suspendu en 1980 dans le « Totonero », une affaire de scandale de matches truqués et de paris illégaux en Italie, fait son retour lors de cette Coupe du monde où il surprend et épate en inscrivant un triplé mythique face au Brésil pour offrir une place en demi-finales à l’Italie (3-2). Lors de la demie contre la Pologne, c’est encore lui qui inscrit tous les buts de son équipe (2-0), avant d’ouvrir le score en finale face à l’Allemagne de l’Ouest (3-1). Paolo Rossi, meilleur buteur de ce Mondial, est également élu meilleur joueur, puis Ballon d’Or à la fin de cette année 1982 parfaite pour le Toscan.

En club, à la Juventus Turin, il forme un trio redoutable avec Platini et Boniek, et accumule les trophées lors de la saison 1983-1984 : Serie A, Coupe d'Italie, Coupe des Coupes, et Supercoupe d'Europe. Il met fin à sa carrière en 1987, à 31 ans, après avoir disputé près de 400 matches de championnat.

Michel Hidalgo, le pionnier français

Au moment de l’annonce de son décès le 26 mars des suites d’une longue maladie à 87 ans, il était encore détenteur du record de longévité sur le banc de l’équipe de France. Michel Hidalgo, à la tête des Bleus de 1976 à 1984, a été dépassé sept mois après sa disparition par l’actuel sélectionneur Didier Deschamps, en poste depuis 2012.

Hidalgo était un pionnier. Il est celui qui a ouvert la voie du succès pour l’équipe de France qui n’avait jamais rien gagné avant lui. L’ancien milieu de terrain de l’AS Monaco était un amoureux du beau jeu et des beaux joueurs. Platini, Giresse, Tigana, ces trois numéros 10 n’auraient sans doute jamais évolué ensemble en équipe de France, sans lui. Il les faisait briller en harmonie. Accompagnés de Fernandez, ces quatre talents formaient le « carré magique ». Une idée géniale, audacieuse, qui a offert le premier sacre de l’histoire des Bleus à l’Euro 1984, deux ans après une demi-finale de Coupe du monde.

Gérard Houllier, « Red » à jamais

Il a été l’un des premiers entraîneurs français à s’exporter à l’étranger, et avec succès. Après avoir offert le premier titre de champion de l’histoire du PSG en 1986 et son échec à la tête de l’équipe de France qu’il n’a pas réussi à qualifier pour le Mondial 1994, Gérard Houllier écrit sa légende en Angleterre, à Liverpool, de 1998 à 2004. Avec lui, les « Reds » réalisent une année 2001 exceptionnelle: Cup, Coupe de la Ligue, Coupe de l’UEFA, Supercoupe d’Europe. Jamais Liverpool n’a remporté autant de trophées lors d'une une même année. Pour cela, Gérard Houllier a toujours été apprécié dans le Nord-Ouest de l’Angleterre. Il l’était aussi à Lyon où il a gagné deux titres de champion de France en 2006 et 2007, avant de revenir au club dix ans plus tard en tant que conseiller.

Gérard Houllier, c’était un technicien très respecté, « un grand Monsieur, un homme très cultivé et intelligent, un fin connaisseur du football, certainement l'un des plus grands entraîneurs français avec un palmarès exceptionnel », avait écrit Michel Platini à l’annonce de son décès, le 14 décembre, à l’âge de 73 ans.

Jack Charlton, champion du monde anglais adoré des Irlandais

« Big Jack », vainqueur du Mondial 1966 avec son frère, le légendaire « Bobby » est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de l’histoire de l’équipe d’Angleterre et de Leeds United, le club de sa vie où il a passé 23 ans. Il est encore aujourd’hui le joueur le plus capé des « Peacocks » avec 773 matches disputés entre 1952 et 1973.

Champion du monde en 1966, puis champion d’Angleterre en 1969, Jack Charlton a ensuite été entraîneur en faisant les beaux jours de la République d'Irlande; pendant dix ans. « Big Jack » devient « Saint Jack » quand il conduit l'Eire en quart de finale de la Coupe du monde 1990, deux ans après une victoire sur l'Angleterre à l'Euro 1988 restée dans les mémoires.

Des exploits qui ont valu à Jack Charlton, décédé le 10 juillet à 85 ans, de faire partie des rares personnalités à obtenir la citoyenneté irlandaise à titre honorifique.

Pape Diouf, l’influent président

Ancien journaliste, agent de joueurs puis président de l’Olympique de Marseille de 2005 à 2009, Pape Diouf s’est éteint le 31 mars, emporté par le Covid-19, à 68 ans. Pour le sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé, son compatriote était un « homme de principes et de convictions ». Il était « une grande figure du sport, un grand dirigeant engagé et éminence grise du football » s’était ému le président sénégalais Macky Sall.

Pape Diouf était aussi très apprécié à Marseille où les supporters considèrent qu’il a grandement contribué à bâtir l’équipe sacrée championne de France en 2010, après 17 ans sans titre pour l’OM.

Ils nous ont également quittés en 2020

Bruno Martini, l'ancien gardien de l'équipe de France de 1987 à 1996 (31 sélections) est mort le 20 octobre après un arrêt cardio-respiratoire.

Nobby Stiles, ancien milieu de terrain anglais champion du monde en 1966 et icône de Manchester United, est décédé à 78 ans, des suites d'une longue maladie.