Maradona, l'Algérie et le « bisou »

Par Adlène Meddi, à Alger
·1 min de lecture

« Mon idéologie est celle des libérations, et je suis très admiratif devant ce qu'ont fait les Algériens pour se libérer, et je suis aussi admiratif face à l'attachement des Algériens à leur drapeau, face à leur passion. [...] One, two, three, viva l'Algérie ! » Ainsi parlait Diego Armando Maradona lors de sa visite à Alger en décembre 2013, invité par l'opérateur de téléphonie public Mobilis pour le lancement de la 3G. « J'espère que la 3G en Algérie sera aussi rapide que moi sur le terrain », s'est amusée la star argentine, dont la disparition a beaucoup été commentée en Algérie, pays passionné par le football.

Sur les réseaux sociaux, on partage sa photo où il embrasse le drapeau algérien? mais c'est surtout celle du baiser échangé avec sa campagne, à la table de trois ministres qui semblent regarder ailleurs, lors de la cérémonie de Mobilis, qui est la plus virale. « En Algérie, seul Maradona a le droit d'embrasser en public sa copine », tirait alors un journal électronique !

Lire aussi « Diego est comme nous » : ultime hommage des Argentins à leur idole

« Traité de voyou »

« Pour moi, Algérien, c'est aussi le génial emmerdeur qui a bisouté sa nana en décembre 2013 devant tout le monde lors d'une une soirée médiatisée. La scène était magnifique comme une belle caricature : des hypocrites et des pudibonds qui tournaient la tête ou enfonçaient le menton sous la table des convives. Un ex-ministre l'avait traité de voyou, il ne savait pas ce que c'est un élan [...] Lire la suite