"Marée blanche" sur le littoral atlantique en 2019: la cocaïne venait de Colombie

Mélanie Rostagnat avec AFP
·2 min de lecture

La cocaïne retrouvée en nombreux ballots, pour un total de 1600 kg, sur la côte Atlantique en 2019 venait de Colombie et a provoqué la mort par overdose d'un jeune homme à Saint-Nazaire, a annoncé ce samedi le parquet de Rennes.

Une véritable marée blanche. A l'automne 2019, 1600 kg de cocaïne avaient été retrouvés dispersés sur les plages du littoral atlantique, sans que l'on connaisse la provenance de ces ballots. Un an plus tard, le parquet de Rennes a levé le mystère. L'origine de cette cocaïne peut "être identifiée dans une zone de production du nord de la Colombie" et les produits analysés ont une pureté "entre 80,5 et 90 %", a annoncé ce samedi Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes.

Les investigations des services d'enquête, en collaboration notamment avec les autorités américaines (DEA), néerlandaises et britanniques, ont permis de déterminer que ces ballots provenaient vraisemblablement d'un même délestage intervenu très au large de Bordeaux en septembre 2019, d'après la même source.

Un homme de 35 ans mort par overdose

En novembre 2019, les autorités avaient multiplié les messages d'alerte concernant ces ballots, de la taille d'une boîte à chaussures et entourés de cellophane pour être hermétiques, qui ont été retrouvés sur les plages d'une zone allant de Saint-Jean-de-Luz, dans les Pyrénées-Atlantiques, à Camaret, dans le Finistère.

En dépit de ces messages d'alerte, un jeune homme de 35 ans est mort "par overdose à Saint-Nazaire le 16 décembre 2019 suite à l'ingestion de produit qu'il avait trouvé sur la plage", a annoncé le parquet.

Les raisons de ce délestage, volontaire ou accidentel, ne sont pas connues tout comme le transporteur (voilier, cargo ou même sous-marin). "Une partie de la cargaison ayant été perdue en mer (de l'ordre du tiers ou du quart), le volume initial de produit peut être qualifié d'important", note le parquet de Rennes, soulignant que l'enquête est toujours en cours.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :