Maréchal-Le Pen, vrai départ ou effet bluff ?

Libération.fr

Fragilisée face au clan Philippot mais populaire auprès de la base électorale, la nièce de la présidente du FN pourrait renoncer à se représenter aux législatives, actant l’incapacité de cette dernière à fédérer toutes les sensibilités.

Marion Maréchal-Le Pen n’en a jamais fait mystère : sans passion pour le jeu politicien, la jeune députée du Front national interrompra un jour ou l’autre sa précoce carrière pour un emploi dans le secteur privé. «Je ne suis pas obsédée par le fait d’avoir des responsabilités, déclarait-elle voilà deux ans. A un moment donné, je vais avoir besoin de redescendre sur terre.» Ce moment est-il venu ? Oui, selon le Canard enchaîné paru mercredi ; sans doute, répondent à peine plus prudemment des proches de la jeune élue contactés par Libération. Selon eux, celle-ci envisagerait sérieusement de ne pas se représenter lors des législatives de juin.

En visite mercredi sur sa terre d’élection, l’intéressée a démenti tout retrait, précisant même qu’elle ne désignerait son suppléant qu’après la présidentielle afin de favoriser un éventuel ralliement extérieur. Mais, sous couvert d’anonymat, plusieurs soutiens de Marion Maréchal-Le Pen rapportent un autre discours : «C’est fini, elle veut tout laisser tomber», confie l’un d’eux croisé par hasard dans Paris la semaine dernière, peu après qu’il a rencontré la députée. «Le papier du Canard est juste, il n’y a pas grand-chose à ajouter», confirme un proche, mis dans la confidence par la jeune femme elle-même. «Je ne peux rien vous dire», coupe un autre après un long silence. «Je l’ai entendue, je refuse d’y croire, lance enfin un élu provençal. Si on en arrivait là, en tout cas, ce serait catastrophique.» D’après certaines sources, Marion Maréchal-Le Pen aurait même envisagé d’annoncer dès la fin de l’année dernière qu’elle ne briguerait pas un second mandat législatif. Avant de repousser l’échéance sur l’insistance de son entourage. Selon le Canard et les informations de Libération, l’élue aurait (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Des slogans, cris de guerre
Cybermenaces: la «sécurisation des résultats» de la présidentielle, «priorité nationale», assure Fekl
Quentin Lafay, poids plume
France 2 renonce à son débat avec les 11 candidats
Présidentielle: Le Pen et Macron en tête, Mélenchon talonne Fillon

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages