Manuel Valls demande l'asile politique à Barcelone

Geoffroy Clavel
Manuel Valls a annoncé qu'il était candidat pour devenir maire de Barcelone.

POLITIQUE - No se queda. En se lançant à l'assaut de la mairie de Barcelone et en abandonnant son ultime mandat de député, Manuel Valls tourne ("définitivement", a-t-il dit) la page d'une carrière politique française mouvementée. Le futur ex-député de l'Essonne, parti d'Evry pour se hisser jusqu'au ministère de l'Intérieur puis à Matignon, avait pourtant, malgré sa défaite cinglante à la primaire socialiste, réussi à échapper à la vague "dégagiste" de 2017 qui a emporté nombre de dirigeants politiques de premier plan.

Réélu de justesse dans sa circonscription aux dernières législatives, Manuel Valls s'était fait adouber par le groupe de La République En Marche à l'Assemblée sans toutefois jamais véritablement y trouver sa place. C'est donc de l'autre côté des Pyrénées que cet hidalgo, passé de chouchou des sondages au statut de grand brûlé, a demandé l'asile politique pour tenter de se réinventer.

L'aller sans retour du fils de Barcelone

Le lieu de ce transfert, inédit dans l'histoire de l'Union européenne, n'a certes rien d'un hasard. "Depuis ma naissance (...) ma relation avec Barcelone a été intime, constante", a confié l'ancien premier ministre depuis le Centre de culture contemporaine de la deuxième ville d'Espagne où il est né il y a 56 ans.

Elevé à Paris par un père artiste catalan et une mère italo-suisse, cet enfant terrible de la gauche, admiré autant que méprisé pour sa laïcité intransigeante et son goût pour les questions sécuritaires, a exprimé sa reconnaissance envers sa patrie d'accueil. "J'aime la France. Ce pays a permis à un fils de Barcelone naturalisé seulement à 20 ans d'être maire, député, ministre et premier ministre de la France grâce à l'école publique et à mon engagement politique, c'est incroyable et unique", a-t-il déclaré en guise d'adieux.

Des mots qui n'effacent pas les déchirements et les rancoeurs qu'il laisse dans son sillage. "C'est grâce à la France qu'il a pu vivre de la politique jusqu'à présent. Il a trahi son pays et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post