Manuel Valls condamné à payer une amende salée en raison du financement de sa campagne électorale à Barcelone

Flickr

Le couperet est tombé pour Manuel Valls : l'ancien Premier ministre de François Hollande devra bel et bien payer au Trésor espagnol une note salée pour ne pas avoir respecté les règles de financement des campagnes électorales en vigueur dans le pays, explique El Nació Digital, samedi 26 novembre. Il s'agit d'une infraction "très grave" selon la Cour des comptes compétente, qui a opté pour la sanction la plus forte infligée à un parti engagé dans les élections municipales de 2019 à Barcelone. L'homme politique n'aurait pas fait appel, selon le média local. En 2021, on apprenait que l'ancien ministre, qui s'était présenté deux ans plus tôt comme candidat à la mairie de Barcelone, sa ville de naissance, était épinglé par la Cour des comptes pour des dépenses de campagne "non déclarées" d'une valeur de 189.497 euros. Dans un rapport, l'institution avait indiqué que la candidature de Manuel Valls n'était pas conforme à la loi de financement des partis qui limite, comme en France, les campagnes électorales à certains montants de dépenses à ne pas dépasser.

Concrètement, les juges ont infligé une amende de 277.000 euros (251.698,28 euros et 25.000 euros) à l'ancien homme politique français. Il aurait violé deux textes de loi : la loi sur le financement des partis politiques ainsi qu’un autre article de la Loi organique du régime général électoral. Non seulement Manuel Valls n'a pas respecté le plafond de la loi décidé pour les dépenses de publicité faites à l'étranger. Mais il a accepté (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La mise sous tutelle de la ville de Paris serait "un ultime recours", selon Beaune
Coupe du monde : les frontaliers regardent la télé belge pour ne pas payer beIN Sports
Un Français sur trois qui ne parvient pas à payer ses factures, l'aide pour les ménages se chauffant au bois qui pourra être demandée à compter du 22 décembre… Le flash éco du jour
Prisons : nouveau record de détenus en novembre, à 72.809
Recours aux cabinets de conseil comme McKinsey : Bruno Le Maire reconnaît "des abus"