Manuel Valls battu aux législatives 2022, déchaînement de réactions

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le dernier message de Manuel Valls sur Twitter après sa défaite au premier tour des législatives, le 5 juin 2022 (Photo: Capture Twitter)
Le dernier message de Manuel Valls sur Twitter après sa défaite au premier tour des législatives, le 5 juin 2022 (Photo: Capture Twitter)

Le dernier message de Manuel Valls sur Twitter après sa défaite au premier tour des législatives, le 5 juin 2022 (Photo: Capture Twitter)

POLITIQUE - C’est une lourde défaite pour l’ancien Premier ministre Manuel Valls. Dimanche 5 juin, le candidat investi par LREM dans la 5e circonscription des Français de l’étranger a été battu dès le premier tour avec 16% des voix. Une élimination qu’il a pris soin d’annoncer lui-même sur les réseaux sociaux, avant de supprimer son compte Twitter avec le message “Adieu Twitter”, largement relayé, moqué ou commenté.

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la NUPES, a relayé une photo où on le voit brandir une affiche “Bon débarras”. Elle date de 2018, quand Manuel Valls quittait l’Assemblée nationale pour tenter de remporter la mairie de Barcelone (il avait été largement battu en 2019). “Merci aux Français de l’étranger de nous avoir placés en tête en Espagne et au Portugal”, a tweeté le député des Bouches-du-Rhône qui ne se représente pas, mais qui espère devenir Premier ministre à l’issue des élections législatives des 12 et 19 juin prochains.

Un message qui a heurté le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner, invité des 4 Vérités sur France 2 lundi 6 juin. “La vie politique s’abaisse avec ce type de comportement. On peut avoir des adversaires, on peut débattre, mais on peut être respectueux”, a-t-il réclamé.

L’ancien ministre de l’Intérieur a tenu à “saluer Manuel Valls, son action et son engagement” et a appelé à voter pour le dissident LRE Sébastien Vojetta. Il a dénoncé “la violence des réactions”, après la défaite de Manuel Valls, ”à commencer par celle de Jean-Luc Mélenchon”.

“J’étais déçu pour lui et pour nous”, a ajouté le nouveau ministre de la Fonction publique Stanislas Guérini sur France Info ce lundi 6 juin. Le délégué général de LREM salue son “courage politique, sa volonté de servir et compare Manuel Valls qui “se confronte aux électeurs” à Jean-Luc Mélenchon “qui n’y va pas et qui veut être Premier ministre”.

Depuis l’annonce de sa défaite, le nombre de messages qui se réjouissent ne se réduit pas, notamment venus de la NUPES dont le candidat Renaud Le Berre est arrivé en tête dans cette circonscription de la péninsule ibérique avec 27,9% des voix. “C’est ce qu’on appelle un bon dimanche soir pour entamer la dernière semaine de campagne en France”, s’est réjouie Manon Aubry, eurodéputée insoumise sur Twitter.

“Adiós Manuel Valls”, a écrit le maire de Grenoble, Eric Piolle, en espagnol, avec le panneau de signalisation d’une ville de Catalogne barrée qui porte le nom de l’ex-candidat. “La gauche est en effet irréconciliable avec le néolibéralisme, le macronisme, le 49-3 et la trahison. Une seule alternative : la NUPES”, a ajouté l’écologiste.

Pour le spécialiste des relations internationales Pascal Boniface, “l’ampleur du rejet de Manuel Valls par les citoyens n’a d’égale que l’ardeur des journalistes à l’inviter. Ils devraient peut-être réfléchir à cet écart de perception”.

“Sortez le champagne”, “deux bonnes nouvelles d’un coup”, après son départ de Twitter ou encore “turbo-loser” et “mort de rire”, les moqueries ou messages de joie se sont multipliés dans la nuit de dimanche à lundi. À tel point que certains ont appelé à un peu plus de modération.

C’est le cas du journaliste et podcasteur Redwane Telha pour qui “c’est hyper rare pour un homme politique” de supprimer son compte Twitter, ce qui “en dit long sur son mal-être”. “Peut-être le signe qu’il est temps d’arrêter les vannes? Je sais, c’est tentant, mais se déchaîner sur un homme à terre, c’est toujours malsain”, a-t-il écrit dans un message très partagé.

Il a notamment été relayé par Cécile Duflot, ancienne ministre de François Hollande qui avait quitté le gouvernement au moment de la nomination de Manuel Valls à Matignon en 2014, sur fond de désaccord politique.

Avec cette phrase en forme de maxime: “En politique, la vie répond toujours”.

À voir également sur Le HuffPostStéphane Vojetta, le dissident LREM face à Manuel Valls aux législatives

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles