Manuel Valls épinglé par la Cour des comptes espagnole pour ses frais de campagne

·1 min de lecture

Sa campagne électorale en Espagne le rattrape. En 2019, l'ancien Premier ministre de François Hollande se présentait comme candidat à la mairie de Barcelone, sa ville de naissance. Deux ans plus tard, la Cour des comptes révèle avoir détecté des dépenses de campagne "non-déclarées" d'une valeur de 189.497 euros, rapportent les médias locaux dont El Punt Avui et El Periodico. Dans son rapport, l'institution indique que la candidature de Manuel Valls n'est pas conforme à la loi de financement des partis.

Sur la somme non-déclarée, 188.867 euros proviennent de l’association Barcelona Capital Europea, groupe municipal pour lequel l'ex-Premier ministre se présentait avant de rejoindre la coalition Ciudadanos. Sauf que cet argent aurait dû provenir de la coalition et non de l'association. La loi électorale espagnole stipule qu'il n'est pas permis d'accepter de l'argent d'une tierce personne pour "l'acquisition de biens, d'œuvres ou de services ou de quelque dépense que génère l'activité des partis politiques", et que cela "constitue une irrégularité passible de sanctions".

>> A lire aussi - Les comptes du PS dans le rouge, la campagne pour la présidentielle de 2022 en danger

Par ailleurs, le rapport de la Cour des comptes épingle le dépassement du plafond limite de dépenses autorisées, fixé à 178.237 euros. Selon le rapport, Manuel Valls l'a dépassé de 126.819 euros. Le montant total des dépenses pour la campagne de "Barcelone pel Canvi", qui est arrivée en quatrième position du scrutin (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Ne pas rembourser la dette de la France est illusoire, gare aux impôts (et à la gueule de bois) !”
La MDMA saisie par la police était en fait de la poudre de fraises Tagada
Arabie saoudite : une raffinerie de Ryad attaquée par des drones
Professeurs non remplacés : la FCPE estime à un million d'euros le préjudice subi par les élèves
Finlande : des hackers liés à la Chine responsables d’une cyberattaque contre le Parlement, selon les services de renseignement