Manuel Bompard traité de « clochard » par un élu RN, LFI dénonce un « racisme social »

Manuel Bompard, lors d’une conférence de presse de la NUPES à l’Assemblée le 21 septembre 2022.
THOMAS SAMSON / AFP Manuel Bompard, lors d’une conférence de presse de la NUPES à l’Assemblée le 21 septembre 2022.

POLITIQUE - Le Rassemblement national a choisi de faire front derrière son député Grégoire de Fournas, sanctionné après des propos racistes dans l’hémicycle. Au-delà de l’enceinte de l’Assemblée, un nouvel échange tendu a eu lieu sur Twitter entre le député LFI Manuel Bompard et l’eurodéputé RN Philippe Olivier.

Après la sanction de Grégoire de Fournas vendredi 4 novembre, Manuel Bompard a souhaité aller plus loin et réclamé la mise à l’écart des deux vice-présidents RN de l’Assemblée : « Que se serait-il passé si les propos (de de Fournas, NDLR) avaient été tenus au moment où le vice-président qui présidait la séance était issu du RN ? Est-ce qu’il n’arait rien dit ? », interroge l’élu des Bouches-du-Rhône au micro de LCP. Cet extrait, isolé sur Twitter, a ensuite été repris par Philippe Olivier, eurodéputé d’extrême droite. « Mais qui est ce clochard ? », écrit ce très proche de Marine Le Pen.

La réponse de Manuel Bompard n’est intervenue que le lendemain. « J’ai hésité à répondre car j’ai trouvé ça totalement pathétique et j’avais des choses plus importantes à faire que répondre à cette insulte assez ridicule », a expliqué l’élu sur BFMTV samedi soir.

« Plutôt clochard que conseiller de Marine Le Pen »

« Plutôt clochard que conseiller de Marine Le Pen » a finalement répliqué l’élu insoumis, en référence aux fonctions de l’intéressé auprès de l’ancienne présidente du parti. Philippe Olivier, beau-frère de Marine Le Pen, est notamment l’un des artisans de la stratégie de dédiabolisation du parti. « Il me semble qu’après ce qu’il s’est passé jeudi soir dans l’enceinte de l’AN, c’est une nouvelle démonstration que la soi-disant dédiabolisation du RN n’est qu’un leurre. Il reste un parti raciste, vulgaire, agressif, violent et j’ai identifié ce tweet comme un nouveau signe de cela », ajoute Manuel Bompard sur BFMTV.

Sur la même ligne de nombreux élus LFI dont l’élu de l’Hérault Sylvain Carrière, ont dénoncé un « mépris de classe » du Rassemblement national. « Vos propos sont inadmissibles ! Votre belle-sœur, Marine Le Pen, qui dit défendre les plus démunis en pense quoi ? », ajoute-t-il. « Racisme pur ou racisme social, l’extrême droite ne change pas fondamentalement, elle modifie juste son image », abonde Alexis Corbière.

« Manuel Bompard est du côté des pauvres en effet », a conclu Jean-Luc Mélenchon, avant d’attaquer le RN sur ses votes au sein de l’hémicycle, contre le rétablissement de l’impôt sur la fortune.

Le 17 octobre, avant l’utilisation du 49.3 sur le budget 2023, les députés ont débattu d’un retour de cet impôt réservé aux plus aisés. La gauche est pour ; le Rassemblement national aussi mais pas sous sa forme précédente. Les deux camps ont chacun soutenu leur proposition, avec comme conséquence le rejet des deux.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi