Manuel Bompard recadre des voix dissonantes de la France insoumise et rejette la création d’un « courant interne »

Dans une missive adressée aux membres de la Gauche Écosocialiste (GES), Manuel Bompard a recadré les velléités de certains membres de l’organisation qui souhaitent former « un courant en interne » au sein même de la France insoumise (LFI).

À lire aussi Clémentine Autain critique le retour d’Adrien Quatennens au sein du groupe LFI à l’Assemblée

Ce micro-parti composé de quelques centaines de militants et députés LFI, dont Clémentine Autain, provoque quelques remous, relate ce lundi Le Parisien, qui a pu consulter la lettre de Manuel Bompard. L’organisation regroupe en effet plusieurs « frondeurs » du parti de gauche, souvent critiques envers Jean-Luc Mélenchon, et la façon dont la démocratie s’exerce au sein de la France insoumise.

Si le GES est encore au stade embryonnaire, ses membres célébraient la semaine dernière le congrès fondateur de ce micro-parti. À terme, les membres du GES souhaitent pouvoir présenter des « textes d’orientation », mais surtout constituer une force de persuasion au sein de la France insoumise. « L’idée est d’avoir une vraie organisation du fait du manque de structuration du mouvement », soufflait un député LFI aux oreilles du Parisien.

Manuel Bompard tape du poing sur la table

Seulement, le coordinateur du parti Manuel Bompard ne l’entend pas de cette oreille. « Il n’y a pas et il n’y aura pas de courant à la France insoumise », a-t-il assuré dans sa lettre, recadrant les frondeurs de gauche. S’il assure que le « développement de la G...


Lire la suite sur LeJDD