Manuel Bompard accuse Emmanuel Macron de vouloir "enjamber les législatives"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Manuel Bompard, chef des négociateurs de La France Insoumise (LFI), parle à la presse devant le siège de LFI à Paris, le 3 mai 2022 - EMMANUEL DUNAND  © 2019 AFP
Manuel Bompard, chef des négociateurs de La France Insoumise (LFI), parle à la presse devant le siège de LFI à Paris, le 3 mai 2022 - EMMANUEL DUNAND © 2019 AFP

À une semaine du premier tour, Manuel Bompard fustige la stratégie d'Emmanuel Macron dans les colonnes du Journal du dimanche. L'eurodéputé, candidat aux législatives à Marseille, dans la circonscription où Jean-Luc Mélenchon est élu, juge que le chef de l'État "veut enjamber les législatives et camoufler les sujets explosifs de la campagne".

"Je pense à la retraite à 65 ans. Il n'en parle pas mais évidemment rien n'est abandonné!", tance le proche de Jean-Luc Mélenchon.

"Deux projets de société"

"Le projet d'Emmanuel Macron, c'est aussi les prix qui s'envolent, le Smic gelé, l'inaction climatique et environnementale... Celui de la Nupes (Nouvelle union populaire, écologiste et sociale, nouée à gauche NDLR), c'est le blocage des prix, la retraite à 60 ans, le smic à 1500 euros, la planification écologique. Il faudra choisir entre ces deux projets de société", poursuit le militant de La France insoumise (LFI).

Alors que les sondages et projections donnent la Nupes en capacité d'être la deuxième force politique au terme des législatives, Manuel Bompard estime que les candidats de l'alliance pourraient "être présents au second tour dans près de 500 circonscriptions" et que le second tour sera un choix entre "Emmanuel Macron ou la Nupes [...] dans la quasi-totalité des circonscriptions".

"Pas une voix à l'extrême droite"

À la question de savoir quelle sera la position de LFI en cas de second tour opposant la majorité présidentielle à l'extrême droite, Manuel Bompard rappelle le "pas une voix à l'extrême droite" martelé par Jean-Luc Mélenchon à l'issue du premier tour de la présidentielle.

"Mais cette fois la question va être posée à d'autres. Quelle sera l'attitude d'Emmanuel Macron et de ses candidats pour les seconds tours qui opposeront la Nupes au RN? Et que fera Marine Le Pen dans la grande majorité des circonscriptions où ses candidats ne seront pas au second tour? Je n'ai jamais entendu d'expression claire de leur part sur ce sujet", déclare Manuel Bompard.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles